02/06/2017 13 articles 7 min arretsurinfo.ch #129588

Les États-Unis cherchent à contrôler la province irakienne d'Anbar et au-delà

L'Irak et la Syrie vont les en empêcher.

Les États-Unis jettent leur filet sur la partie de désert située entre l'Irak, la Syrie, l'Arabie saoudite et la Jordanie pour installer des bases militaires et des structures de pouvoir, qui leur permettront d'assurer une influence majeure dans la région. Une partie du plan est de développer des forces proxy sunnites qui maintiendront les forces gouvernementales syriennes et irakiennes hors de la région. Une autre partie consiste à privatiser une infrastructure importante pour la maintenir sous le contrôle direct des États-Unis.

La privatisation de l'autoroute irakienne 1 qui relie Bagdad à la capitale jordanienne, Amman, est un point clé de ce plan. Selon le New York Times :

Dans le cadre d'un effort américain visant à promouvoir le développement économique en Irak et à continuer d'assurer une influence dans un pays qui persiste à lutter contre État islamique, le gouvernement américain a aidé à négocier un accord entre l'Irak et Olive Group, une société de sécurité privée, pour établir et sécuriser la première autoroute à péage du pays.

La carte montre l'autoroute 1 qui va de Bagdad à Amman. Notez la jonction à l'est de la frontière entre la Jordanie et l'Irak. Là, la route se divise et une branche va vers le nord-ouest, en direction de Damas. Le point où cette route traverse la frontière entre l'Irak et la Syrie est la station frontalière d'al-Tanf, actuellement occupée par les forces américaines et leurs auxiliaires britanniques et norvégiens, ainsi que des « rebelles »syriens sous le contrôle des États-Unis. Les États-Unis ont récemment bombardé un convoi de forces syriennes et irakiennes qui se dirigeaient vers cette région. Les militaires états-uniens ont largué des tracts sur les troupes syriennes pour leur ordonner de rester loin de leur propre frontière. Mais bon sang, pour qui se prennent ces soldats américains ? Quelle est la justification à leur présence en ce lieu ? De nombreuses troupes irakiennes et syriennes se dirigent maintenant vers Al-Tanf, par les deux côtés de la frontière, pour expulser les occupants. L'Irak, la Syrie, l'Iran et la Russie ont convenu qu'aucun poste américain ne sera toléré là-bas. Les États-Unis et les autres troupes étrangères se retireront volontairement d'al-Tanf ou seront éliminés par la force.

L'autoroute 1 et sa branche vers Damas est la liaison économique la plus importante entre la Syrie et la Jordanie à l'ouest, et entre l'Irak et au-delà à l'est. Celui qui la contrôle, contrôle une grande partie du commerce entre ces pays. L'Irak est un pays riche en ressources. Bien qu'il subisse de sérieuses contraintes économiques, après des décennies de sanctions américaines et de guerre contre les forces américaines et leurs forces proxy takfiristes, il n'a pas le besoin de louer une telle infrastructure majeure.

Néanmoins, le gouvernement irakien actuel du Premier ministre al-Abadi a signé un accord préliminaire pour un contrat de 25 ans avec la société américaine :

Abadi a confié le projet de développement à Olive Group, bien que les détails finaux soient encore en cours d'élaboration. Le projet comprendrait la réparation des ponts dans la province d'Anbar occidentale; la rénovation de la route, connue sous le nom de route 1; la construction de stations-service, d'aires de repos et de cafés en bordure de route. Il inclurait également une sécurité mobile, fournie par des entrepreneurs privés, pour les convois utilisant l'autoroute.

Al Abeidi est maintenant sous la pression de la majorité chiite, qui l'a élu au pouvoir, pour qu'il renonce au contrat. Il est évident que l'affaire n'est pas dans leur intérêt ni celle du pays. Selon des diplomates américains, un des objectifs de l'accord est :

Repousser l'influence de l'Iran chiite, dont le pouvoir croissant en Irak a alarmé d'importants alliés sunnites des États-Unis, comme l'Arabie saoudite et la Turquie.

L'Iran n'a rien à voir avec cette route. C'est la majorité chiite d'Irak qui bénéficiera le plus de la circulation et du commerce sur cette route.

La Turquie et l'Arabie saoudite ont lancé l'insurrection sunnite en Irak, dont EI n'est que la dernière incarnation. Permettre aux États-Unis de contrôler la route et, par conséquent, la province d'Anbar au nom de la Turquie et de l'Arabie saoudite, garantirait que les futures insurrections sunnites puissent menacer Bagdad, chaque fois que cela sera « nécessaire ». Rappelez-vous simplement comment Obama a dit qu'il utilisait EI pour faire virer le premier ministre de l'époque, Maliki :

Le président a ajouté que la raison pour laquelle «... nous n'avons tout simplement pas commencé à bombarder EI en Irak dès son entrée en jeu, est que cela aurait diminué la pression sur le premier ministre, Nuri Kamal al-Maliki ».

Avec l'ouest de l'Irak et le sud-est de la Syrie contrôlés par les États-Unis, c'est une autoroute qui s'ouvre aux mécréants saoudiens en direction de Bagdad et Damas. Ce serait une incarnation de la « principauté salafiste » que les États-Unis et les autres partisans d'EI souhaitent depuis au moins 2012.

Les États-Unis cherchent à cacher et à mentir pour favoriser leurs plans impériaux. Le New York Times est, comme d'habitude, complice de ce jeu :

Jouant sur les souvenirs douloureux et les peurs des Irakiens, les médias ont encore publié de fausses informations disant que Blackwater - l'entreprise de sécurité privée qui a agi en toute impunité au début de l'occupation américaine et a abattu des Irakiens innocents, place Nisour à Bagdad, en 2007 - participait au projet.

« La politique de ce pays est un défi«, a déclaré Christian Ronnow, vice-président exécutif de Constellis, la société mère d'Olive Group, une entreprise de sécurité privée qui travaille depuis des années en Irak.

Ce que le NYT prétend être de « fausses informations » sont en fait des conclusions raisonnables :

Le groupe [Constellis] combine les compétences spécialisées et l'excellence opérationnelle d'ACADEMI, d'Edinburgh International, de Strategic Social et de Triple Canopy,

[Selon Wikipedia] ACADEMI

est une société militaire privée américaine fondée en 1997 par l'ancien officier de laNavy SEAL, Erik Prince, sous le nom de Blackwater, rebaptisé XE Services en 2009 et maintenant connu sous le nom d'Academi depuis 2011, après que la société a été rachetée par un groupe d'investisseurs privés.

Olive Group est donc Constellis Group, donc Academi est Blackwater - les « fausses informations » des médias irakiens sont donc beaucoup plus véridiques que celles du NYT.

Le projet américain pour la province d'Anbar et son contrôle potentiel de l'autoroute 1 par des forces américaines privées menacent d'imposer une domination économique sur l'Irak, la Syrie et la Jordanie. J'espère que les forces nationalistes de ces pays ainsi que leurs alliés feront de leur mieux pour empêcher cela.

Par Moon of Alabama - 29 mai 2017

Traduit par Wayan pour le Saker Francophone

arretsurinfo.ch

 commentaire

articles affiliés ordre chronologique
03/06/2017 8 min mondialisation.ca #129608

Les États-Unis cherchent à contrôler la province irakienne d'Anbar et au-delà.

Par Moon of Alabama

Les États-Unis jettent leur filet sur la partie de désert située entre l'Irak, la Syrie, l'Arabie saoudite et la Jordanie pour installer des bases militaires et des structures de pouvoir, qui leur permettront d'assurer une influence majeure dans la région. Une partie du plan est de développer des forces proxy sunnites qui maintiendront les forces gouvernementales syriennes et irakiennes hors de la région.

03/06/2017 2 min francais.rt.com #129622

Près de 500 civils tués dans des frappes de la coalition contre Daesh

© Alaa Al-Marjani Source: Reuters

Les frappes de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique en Irak et Syrie ont tué au moins 484 civils depuis leur début à l'été 2014, selon le dernier bilan publié par les militaires américains.

«A ce jour, en se basant sur l'information disponible, la coalition estime qu'il plus probable qu'improbable qu'au moins 484 civils aient été tués de manière non intentionnelle depuis 2014», dit le communiqué publié le 2 juin par le commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom).

09/06/2017 3 articles 8 min mondialisation.ca #129880

Les forces soutenues par les États-Unis entrent dans la ville syrienne de Raqqa

Par Bill Van Auken

Soutenue par les raids aériens intenses des États-Unis et accompagnée de contingents renforcés par des troupes d'opérations spéciales américaines, une force armée dominée par la milice kurde de la Force de protection du peuple (YPG) a traversé le secteur Est de la ville syrienne de Raqqa mardi.

L'offensive contre la prétendue capitale de l'État islamique d'Irak et de Syrie représente une escalade majeure de l'intervention militaire américaine en Syrie.

09/06/2017 5 min francais.rt.com #129908

«Un risque inconsidéré» : de grandes Ong critiquent à l'unisson les bombardements sur Mossoul

Six organisations non-gouvernementales (ONG) se sont unies pour condamner l'utilisation «d'armes non discriminantes» et les frappes aériennes meurtrières menées lors de l'opération de libération de Mossoul des mains de Daesh.

«Les Nations unies ont estimé qu'il restait 200 000 civils dans une zone de deux kilomètres carrés au cœur de la vieille ville, dans l'ouest de Mossoul, zone que les forces irakiennes et de la coalition menée par les Etats-Unis encerclent en préparation d'un assaut», avertit un communiqué conjoint de six grandes ONG (Amnesty International, Human Rights Watch, Airwars, le Centre pour les civils dans les conflits, le Réseau international sur les armes explosives et War Child).

10/06/2017 voltairenet.org #129920

Vers la jonction des armées syriennes et irakiennes

L'Armée arabe syrienne (c'est-à-dire celle de la République) est parvenue à la frontière syro-irakienne.

Au cours des deux derniers mois, les Forces de la Coalition US ont bombardé par trois fois des miliciens ou des militaires fidèles à Damas probablement pour couper la route de la soie et empêcher la jonction des armées syriennes et irakiennes.

Le rétablissement de

11/06/2017 2 min francais.rt.com #129947

«Tournant stratégique» dans la lutte contre Daesh : l'armée syrienne atteint la frontière irakienne

© Rodi Said Source: Reuters

L'armée syrienne, en coopération avec ses alliés, a pris le contrôle d'un vaste territoire dans le sud-est du pays et atteint la frontière irakienne, selon des responsables militaires syriens qui ont qualifié cette avancée de «tournant stratégique».

«En coopération avec nos alliés, nos unités ont pris le contrôle de nombreux sites et positions stratégiques dans la Badiya, une zone d'environ 20 000 kilomètres carrés.

14/06/2017 10 min francais.rt.com #130103

Exactions et exécutions sommaires, que fait l'armée irakienne à Mossoul ? (Images Choquantes)

Source: Sputnik

Un photographe indépendant a fui l'Irak après avoir collecté des preuves des exactions (tortures, viols) commises à Mossoul par des soldats d'élite de l'armée irakienne. Il a raconté à RT les exécutions dont il a été témoin.

Une vidéo choquante de 12 secondes, filmée avec un smartphone, a dévoilé le meurtre de sang froid d'un Irakien par des soldats de l'Emergency Response Division (ERD - Unité d'intervention rapide), une unité d'élite de l'armée irakienne.

Justice 15/06/2017 4 min francais.rt.com #130152

L'Onu dénonce le «nombre effrayant de pertes civiles» dû aux bombardements de la coalition à Raqqa

© Rodi Said Source: Reuters

La Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie a jugé «excessives» les frappes de la coalition menées par Washington dans la province de Raqqa, où ses forces se heurtent à la résistance de l'EI. 300 civils ont été tués depuis le 1er mars.

Les enquêteurs de la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie ont décompté 300 civils tués par les frappes aériennes de la coalition internationale menée par les Etats-Unis depuis le 1er mars dans l'ensemble de la province de Raqqa.

17/06/2017 fr.sputniknews.com #130211

L'armée irakienne reprend à Daech un poste-frontière stratégique

Irak Daesh

© AP Photo/ Marko Drobnjakovic

Les forces irakiennes sont arrivées à déloger les extrémistes de Daech du poste frontalier d'al-Waleed (appelé en Syrie Al-Tanf), entre la Syrie et l'Irak. L'armée syrienne a elle aussi évoqué auparavant le succès de ses militaires dans la région.

«Le commandement des troupes frontalières a entamé une vaste opération appelée Nouvelle aube visant à libérer le territoire frontalier dans la région de l'ouest sur trois axes...

17/06/2017 2 min opex360.com #130219

Mossoul : Les artilleurs français appuient une offensive de l'armée irakienne en direction de Tall Afar

Les jours passent et le rythme opérationnel de la Task Force (TF) Wagram, nom du détachement français d'artillerie déployé au nord de Mossoul, ne faiblit pas. Et il a même été accentué au cours de ces derniers jours, avec pas moins de 80 missions de tir assurées au profit de la 15e Division Irakienne, contre 58 une semaine plus tôt.

Depuis le 10 juin, les forces irakiennes ont lancé une offensive en direction de Tall Afar, localité située à l'ouest de Badush, elle même localisée au nord de Mossoul.

06/07/2017 2 min francais.rt.com #130955

Irak : jusqu'à 20 000 civils toujours pris au piège des combats à Mossoul

Daesh Irak

© Youssef Boudlal Source: Reuters

Jusqu'à 20 000 civils restent pris au piège des combats dans le dernier secteur tenu par les djihadistes dans la vieille ville de Mossoul, que les forces irakiennes tentent de reprendre, selon un responsable de l'ONU.

«Nous estimons à ce stade qu'il pourrait y avoir jusqu'à 15 000 civils, peut-être même 20 000, dans les dernières poches de la vieille ville où sont retranchés les derniers djihadistes», a déclaré à l'AFP Lise Grande, coordinatrice humanitaire de l'ONU pour l'Irak, le 6 juillet.

10/07/2017 4 articles 6 min francais.rt.com #131075

Mossoul : enthousiasme modéré en raison des pertes civiles, la guerre contre Daesh loin d'être finie

Source: AFP

Si la libération de Mossoul est une vraie victoire symbolique, elle ne signe pas la fin de la guerre contre l'Etat islamique. Par ailleurs, les combats ont fait de nombreuses victimes civiles, des milliers de réfugié et laissé la ville en ruine.

Ce 9 juillet restera sans doute comme une date charnière dans la guerre contre l'Etat islamique (EI) : le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a proclamé la libération de Mossoul en début d'après-midi, après une longue bataille de neufs mois opposant les djihadistes aux forces armées irakiennes.

Référencé par