01/12/2007 2 min #12949

Donner les banlieues en pâture aux militaires pour que les militaires se défoulent de la pression psychologique qui pèse sur eux.

Un témoignage d'un cheminot s'étonne que le litige ait été sciemment dirigé vers ceux qu'une grève pourrait bloquer le pays : La politique de l'énervement est à l'oeuvre.

Une arrestation qui a mal tourné, le conducteur voulant faire comme dans les films, renverser la moto avec la voiture selon une procédure karatékesque, désireux de faire voir à quel point c'était dangereux de rouler sans casques, est immédiatement triturée comme un couteau dans une plaie.

Ici non seulement le blessé est à terre, mais celui qui l'a renversé en profite pour lui filer quelques coups de pieds : désinformation outrancière dans le but qu'elle soit révélée puis énervante, stigmatisation outrancière des « criminels » alors qu'à la base c'est la police qui a tué, et enfin démonstration de ce qu'est un état policier en action, devant les caméras baveuses de sensations fortes.



Il faut bien comprendre que c'est toujours l'inverse de ce qu'on croit qui se passe, c'est psychique.

On peut se retrouver à croire par mégarde que le gouvernement a voulu étouffer l'affaire en racontant des mensonges éhontés, par la suite réfutés sans surprise (pour eux), mais créant ainsi un scandale et captant l'attention sur autre chose que la bavure. Mais en fait ça peut aussi aller bien plus loin, le fait de donner des racaille en pâture à la voracité fasciste qui les démange, pour ensuite s'entre-congratuler de la finesse avec laquelle le coup était jouer, est aussi plausible.



J'étais sorti par mégarde et comme un abruti voyant une camionnette de police déballer à toute trombe en provenance de l'A86 (ils revenaient du 95), je l'ai laissée passer. Quelle erreur, ça a duré 10 minutes. Une bonne centaine de camions de la police, avec des remorques de barricades, des bus, des voitures, se suivent en chenille serrée, laissant un cicatrice dans la circulation routière. Pas moyen de passer, malgré qu'ils circulent tous à 80 à l'heure, ils se suivent à pas plus de cinq mètres grand maximum. Aucun véhicule ne doit briser la chaîne, même si elle contient des centaines de véhicules. Bah putain. Il y a quelques mois on avait vu des tanks aussi. Moi qui voulais écrire une lettre aux Palestiniens pour les faire rêver avec un monde de paix.

 commentaire