Ils veulent l'impôt Ultime... et votre bénédiction !

20/05/2017 2 articles 12 min lesmoutonsenrages.fr  monnaie endettement référendum dette publique  sans cash #129050

Nous l'avons déjà dit, il y a des réflexions en « haut lieu » au sujet de la meilleure manière de faire disparaître l'argent fiduciaire, en clair, c'est la disparition des pièces et des billets, qui est prévue depuis longtemps sauf qu'il faut une bonne raison, pour nous faire avaler la pilule. Et ils l'ont trouvée.. Lisez et partagez !! Merci Christine G.

Je suis Olivier Perrin, le Vaillant Petit Économiste. J'écris cette lettre d'information GRATUITE 3 à 4 fois par semaine. Cliquez ici pour en savoir plus et vous inscrire.

Chère lectrice, cher lecteur,

La Commission Européenne lance une grande consultation sur l'argent liquide : les pièces et les billets.

Si vous avez 4 minutes à y consacrer, merci de répondre à cette consultation grâce au lien au bas de ce message. Il est URGENT de peser de tout notre poids sur ce sujet beaucoup bien moins anodin qu'ils ne voudraient vous faire croire.

Car derrière la guerre aux paiements en liquide se cache l'impôt ULTIME... Le dernier, celui qu'ils n'avaient jamais osé lever.

L'objectif officiel de la Commission Européenne est de lutter contre le terrorisme en limitant les paiements en espèces et ces messieurs de la Commission voudraient votre avis.

Il est inhabituel que les commissaires européens vous demandent votre avis.

L'Union foule du pied depuis 10 ans tous les grands référendums qui la remettent en cause et qui lui demandent de se réformer en France, Italie, Grèce, au Royaume-Uni... Deviendrait-elle démocratique ?

Non bien sûr, le parlement et la commission se sont déjà mis d'accord et un rapide coup d'œil à la consultation permet d'en saisir rapidement les objectifs réels :

-OBJECTIF n°1 : Vous convaincre du bien-fondé de la guerre à l'argent liquide sous couvert de vous demander votre avis.

C'est un grand classique de manipulation : ils vous font croire que vous vous formez votre propre avis alors que toute la consultation est orientée pour que vous répondiez exactement ce qu'ils attendent de vous.

Ils détournent le sens de la question, subtilement. La question n'est pas « pour ou contre l'argent liquide » mais « pour ou contre le financement du terrorisme »... Question à laquelle il est difficile de répondre « pour ».

En tout état de cause, il faudrait pour le moins une analyse contradictoire.

Face à cette lacune, je me propose d'apporter ci-dessous cette contradiction qu'ils auront oublié de porter à votre attention.

-OBJECTIF n°2 : Brandir les résultats comme une preuve de leur légitimité.

Une fois que vous avez confirmez que bien sûr vous êtes pour la lutte contre le financement du terrorisme, ils pourront alors brandir de beaux résultats affirmant que tout le monde est pour l'encadrement strict des paiements en espèces : regardez notre belle consultation, tous les européens sont d'accord.

-OBJECTIF n°3 : Masquer les mesures qui seraient réellement efficaces contre le terrorisme.

Il n'existe qu'un moyen véritablement efficace pour lutter contre les financement illégaux, qu'ils soient liés au terrorisme ou au grand banditisme : s'attaquer à la source de l'argent. Or, vous allez voir dans la suite de ce message...L'UE fait exactement le contraire.

Cette consultation est une manœuvre de propagande afin de vous imposer leur projet : la fin des pièces et des billets.

Là-dessus, le doute n'est pas permis comme vous allez le voir et il est URGENT que nous empêchions cette machine à propagande.

Plus c'est gros plus ça passe

Tout commence par la publication d'un plan d'action que la Commission Européenne a soumis au Parlement et qui stipule :

«Les paiements en espèces sont très répandus dans le cadre du financement d'activités terroristes. (...) Dans ce contexte, l'utilité de soumettre les paiements en espèces à des plafonds pourrait être étudiée.»

L'idée est donc de lutter contre le financement du terrorisme en interdisant les dépenses en liquide au-delà d'un certain montant (qui n'est pas précisé).

Imaginez la scène : un terroriste arrive à dans une de ces cités où la police n'a plus le droit d'entrer depuis bien longtemps, un territoire perdu de la République. Il vient acheter des armes, ou des explosifs ou encore payer un artificier ou un indicateur... Voyez-vous ces fous de dieu obligés de tout abandonner parce que payer en liquide... C'est illégal ??

C'est comme si vous espériez que les terroristes arrêtent de commettre des attentats parce que commettre un attentat, c'est interdit.

Cela serait risible si ce n'était si grave.

On ne lutte pas contre le terrorisme en interdisant les transactions en liquide.

De la poudre aux yeux

Il existe deux sources majeures du financement du terrorisme dans le monde : l'État islamique et les pays du Golfe, en particulier le Qatar.

Selon les journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot : « On dénombre au Qatar une demi-douzaine de financiers du terrorisme, connus et réclamés par les Etats-Unis. Ces gens-là sont en liberté. Nous avons même pu en rencontrer un. » (1 )

Mais que font la France et l'Union Européenne contre le Qatar ? Prennent-ils des mesures aussi drastiques que celles qu'ils s'apprêtent à prendre sur l'argent liquide ? Certainement pas. En France, les Qataris sont mêmes exonérés d'impôts, on leur déroule le tapis rouge ! (2 )

Quant à l'État Islamique, on évalue à 2 milliards de dollars le budget de cette organisation terroriste.

Près de la moitié viendrait de la vente illégale de leur pétrole à des trafiquants turcs... Et dont une partie est achetée par des États membres de l'Union Européenne comme s'en est plaint, dépitée, une diplomate tchèque devant le parlement européen. (3 )

Daech impose également un prélèvement forfaitaire de 50% du salaire des fonctionnaires irakiens qui vivent dans les territoires occupé et sont... payés par le gouvernement irakien !

Enfin, Daech gagne aussi plusieurs dizaines de millions de dollars tous les mois en spéculant sur les marchés financiers et notamment les cours de change des monnaies arabes ! (4 )

Vous avez bien lu, les terroristes de Daech gagnent de l'argent en faisant de la spéculation financière grâce à la complicité de banques jordaniennes...

Non, ce n'est vraiment pas en interdisant les paiements en liquide qu'ils vont lutter contre le financement du terrorisme.

La véritable raison de la guerre aux pièces et aux billets

Limiter les paiements en espèce n'aura aucun effet sur le terrorisme.

En revanche, il en aura de très nombreux pour vous et tous les honnêtes gens qui utilisent encore l'argent liquide pour plus de la moitié de leur transactions au sein de la Zone Euro.

Une transaction sur 2 se fait en liquide au sein de la Zone Euro.

Comprenez bien que le plafonnement de ces transactions n'est qu'une bataille dans le projet européen d'interdiction de l'argent liquide.

Les études d'impact d'une interdiction totale de l'argent liquide ont déjà été menées. Pour les technocrates de l'Union Européenne, la question n'est pas de savoir si c'est une bonne idée mais comment l'appliquer et à quelle échéance.

Ont-ils seulement pensé à ce qui se passera quand un virus comme celui du week-end dernier s'attaquera aux banques et aux systèmes de paiement ? Nous reviendrons au troc ?

Le processus est pourtant largement entamé au Danemark et en Suède où vous trouvez maintenant dans les magasins de petits panneaux avec un billet barré : La maison ne prend pas l'argent liquide.

Bien sûr la suppression de l'argent liquide présente de nombreux avantages :

-Contrôle et taxation automatiques de toutes les transactions ;

-Économies sur les coûts de production des pièces et billets, de mise en circulation, de lutte contre les faux-monnayeurs;

-Économies sur le prélèvement de l'impôt : celui-ci est automatisé et surtout prélevé à priori, sans que vous ayez à remplir une déclaration ou vous rendre compte de quoi que ce soit.

Ces raisons sont suffisantes pour vous opposer à cette mesure qui donne encore plus de pouvoir à un État pourtant en crise profonde.

Mais ce n'est rien à côté de la véritable raison de la guerre faite aux paiements en liquide.

Le préalable indispensable à l'impôt ultime

Cette fois, ils ont décidé de se servir directement dans votre compte en banque.

Et pour cela, il doivent s'assurer que vous n'avez aucun moyen d 'échapper à l'impôt en retirant votre argent des banques.

-Steen Jakobsen, économiste en chef de la banque d'investissement en ligne SaxoBank et membre du collectif d'économistes non-alignés « les Éconoclastes », estime qu'une taxe sur l'épargne de 10% est nécessaire pour renflouer le système.

Le Boston Consulting Group, prestigieux cabinet de conseil indépendant, est plus réaliste : la ponction devrait s'élever à 30% en prenant en compte toutes les dettes publiques et privées.

-Le « Canard enchaîné de la finance » le site américain zeroedge.com traite le sujet de manière extensive depuis... 2011, date à laquelle il affirme que la seule solution réelle à la crise en Europe est la confiscation de l'épargne des particuliers.

Ce ne sont bien sûr QUE des analyses, des avis qui n'engagent que leurs auteurs.

Elles ont la particularité de provenir d'insiders de la finance et de sociétés peu connues du grand public mais reconnues des investisseurs professionnels. De ceux qui agissent tous les jours pour protéger et faire fructifier leur épargne.

Et il y a encore beaucoup plus inquiétant.

En octobre 2013, le Fonds Monétaire International a publié un long rapport sur le problème des dettes en Europe, analysant tous les scénarios envisageables et les écartant avant de finalement n'en retenir qu'un, le seul possible. Voici les dernières phrases du rapport :

La détérioration rapide des finances publiques dans de nombreux pays ravive l'intérêt d'un prélèvement sur capital une taxe exceptionnelle sur la richesse privée afin de restaurer un niveau d'endettement acceptable. [..]. Le taux de taxation pour ramener la dette publique à son niveau d'avant crise est d'ailleurs calculable : réduire la dette à son niveau de la fin 2007 exigerait, pour les 15 pays de la zone Euro, un taux d'environ 10% sur les ménages bénéficiant d'une richesse nette positive.

Ce que le FMI préconise, c'est une taxe unique de 10% dès le premier euro.

Mais bien sûr, la dette a encore augmenté depuis 2013 et c'est 15% qu'il faudrait prélever aujourd'hui pour revenir au niveau d'avant crise :

Si vous avez 1000€ sur un compte en banque, on vous en prélèverait 150€.

Pour 10 000€, le montant confisqué s'élèverait à 1500€.

Et comme il s'agit d'une « taxe », il n'y a pas de garantie de dépôt. Le FMI est d'ailleurs très clair, toute le monde est concerné. D'ailleurs, la fortune toute entière des 1% les plus riches n'y suffirait pas : Vous serez bien prélevé dès le premier euro.

Bien sûr, si vous effacez d'un coup des milliers d'euros de tous les comptes bancaires de particuliers de France, vous allez avoir un beau bazar.

Il vaudrait mieux taxer quelques euros tous les mois.

Mais si l'État commence à taxer l'argent sur vos comptes en banque... Vous et moi allons rapidement préférer retirer notre argent en liquide et le conserver chez nous où l'État ne peut pas le taxer...

Mais s'il n'y a plus d'argent liquide ?

Alors vous ne pouvez plus vous opposer à ce que l'État prélève régulièrement quelques euros sur votre compte.

L'État n'a plus besoin de faire son travail ou de rendre des comptes

C'est l'impôt ultime parce qu'à partir du moment où l'État peut imposer l'argent qui dort sur vos comptes alors il n'a plus à se soucier de votre consommation. Il n'a plus à vérifier que vous achetez bien tous les mois votre quotas de n'importe quoi sur lequel il prélève la TVA et une ribambelle d'impôts et taxes sur les sociétés qui vous auront vendu des machins.

Vous êtes automatiquement incités à le faire car si vous ne dépensez pas votre argent, l'État vous le prend.

Cet impôt sur l'argent de vos comptes bancaires permet à l'État de gagner en toute circonstance : peu importe qu'il n'y ait ni croissance, ni consommation, ni investissements.

Peu importe qu'ils fassent n'importe quoi.

Et aujourd'hui la Commission Européenne vous demande un blanc-seing pour rendre cet impôt possible !

La consultation de la Commission Européenne n'est ouverte que jusqu'au 31 mai.

Prenez quelques minutes tout de suite pour remplir leur questionnaire et leur dire NON à l'encadrement des paiements en liquide.

Faites suivre ce message à tous vos proches et PARTAGEZ-le sur facebook : plus nous serons nombreux, plus nous pèserons sur la Commission.

Cliquez ici pour participer à la consultation de la Commission et dire NON à la fin des paiements en liquide.

Je vous remercie de votre aide,

Olivier Perrin,

Le Vaillant petit économiste

PS : Je voudrais remercier Benoît, un lecteur qui m'a envoyé un message la semaine dernière pour m'informer de cette consultation de l'union Européenne.

lesmoutonsenrages.fr

 commentaire

articles affiliés ordre chronologique

« Pour lutter contre le terrorisme, on va lutter contre vous !! » ...

documentaires 24/05/2017 8 min lesmoutonsenrages.fr  dictature totalitarisme terrorisme liberticide  Charles Sannat  état d'urgence Bataclan #129211

Si vous avez lu l'article d'Olivier Perrin sur « Ils veulent l'impôt ULTIME... et votre bénédiction ! «, voici l'édito de Charles Sannat qui va lui aussi, dans le même sens.

Il y a quelques années de cela, j'écrivais que la seule façon d'être compétitif face à la Chine, qui n'est jamais rien qu'une dictature politique et sociale avec la liberté d'entreprendre et de consommer, il faudrait que les pays occidentaux deviennent à leur tour des dictatures politiques et sociales.