17/05/2017 2 articles 2 min investigaction.net #128919

Léon Blum haïssait-il La Finance ? (1/2)

Article de : Annie Lacroix-Riz

Léon Blum, icône de la SFIO puis de son successeur, le parti socialiste, fait l'objet d'une campagne de promotion récurrente, rafraîchie dans les phases où le parti socialiste se trouve « aux affaires » de l'État.

Après des décennies ou des années d'application par la droite d'une politique féroce pour les revenus (directs et indirects) non monopolistes, salaires en tête, la « gauche de gouvernement » a périodiquement connu depuis les années 1980, en conjoncture de crise systémique, le succès électoral en affichant un programme de « changement » ou de « réformes » sociales. P

rogramme, il est vrai, de plus en plus ambigu, même avant les scrutins, vu la permanence désormais affichée de l'impératif catégorique « européen » de baisse du « déficit ». Le parti socialiste bafoue le « changement » promis, avec une brutalité particulière lors des deux expériences entamées en 1997 et en 2012. Les vives déceptions suscitées chez les électeurs par ces volte-face relancent l'imagerie du « Front populaire » d'un Blum modèle.

Source: Étincelles, n°34, juin 2016, p. 52-60

investigaction.net

 commentaire

articles affiliés ordre chronologique
17/05/2017 investigaction.net #128920

Léon Blum haïssait-il La Finance ? (2/2)

Article de : Annie Lacroix-Riz

Les liens de classe de Léon Blum l'avaient placé, à toutes les étapes de sa carrière politique, du côté du grand capital. Il devint cependant un symbole de la gauche - celle qui est couramment opposée à la ligne droitière du parti socialiste contemporain - après que les urnes, les 26 avril et 3 mai 1936, l'eurent porté à la tête du gouvernement de la France et que les plus grandes grèves ouvrières de l'histoire de la France eurent débouché sur des acquis sociaux à leur mesure : officiellement consentis par Léon Blum lui-même, ceux-ci lui sont couramment attribués.