Lors de l'intronisation du roitelet, trois pelés et un tondu !

16/05/2017 2 articles 2 min legrandsoir.info  Macron  Bernard Gensane #128877

Bernard GENSANE

Les grands médias qui mouillent, que dis-je, qui font des flaques, devant notre banquier national se sont bien gardés de nous dire que les foules étaient très clairsemées au passage du mari de Bri-Bri d'amour. Et, bien sûr, ils n'ont nullement tenté de donner un sens à ce manque de soutien ou, tout simplement, d'intérêt populaire.

Daniel Schneiderman expliqua combien le vide des trottoirs insultait le " nouveau Kennedy " cher à Ruth Elkrief, ce prodige qui, selon l'impayable spécialiste de BFM-TV, " savait prendre la pluie " :

" Bruine ou éclaircies, les trottoirs restèrent désespérément vides. Vide la place Charles de Gaulle. Vide la place de l'Hôtel de ville, que montraient les impitoyables plans aériens. Mais la machine semblait ne pas les voir, ces trottoirs vides, qui criaient pourtant l'indifférence populaire à cette journée de Sacre. Toute une machine tournait à vide, et se voyait tourner à vide, car la machine a des yeux, et ces yeux voyaient comme les nôtres ces trottoirs vides. C'est un vrai talent, toute une journée, de parvenir à ne pas voir l'immanquable éléphant dans le couloir. "

Bernard GENSANE

PS : plus important, peut-être, que tout cela : Macron s'est rendu chez Merkel AVANT la formation du gouvernement et avant les législatives. C'est kiki commande ?

legrandsoir.info

 commentaire

articles affiliés ordre chronologique

Une quinzaine de rédactions signent une lettre ouverte à Emmanuel Macron....

19/05/2017 3 min lesmoutonsenrages.fr  lettre ouverte  Macron  liberté de la presse  Mali #129013

Le « roitelet » connaît la capacité de nuisance des médias, si un individu est pris pour cible, on l'a vu pour F. Fillon. De là à penser qu'il veuille se protéger, après avoir profité du battage médiatique à son encontre, ne soyons pas mauvaises langues. La dictature ne se cache plus. Quel regard !!!!...

Des journalistes de différents médias s'inquiètent de l'organisation de la communication présidentielle, à l'occasion du déplacement d'Emmanuel Macron au Mali.