Présidentielles: Des questions sur la légitimité ? Les réponses qui intriguent...

15/05/2017 11 min lesmoutonsenrages.fr  falsification fraude conseil constitutionnel big data sociologie orwellien  présidentielle La City #128817

J'ai eu du mal à retranscrire le document proposé par Guillaume P. Désolée si la mise en page est un peu « brouillonne ». Le travail de recherche a été bien fait, les liens sont officiels et vérifiables. La question! Les preuves sont elles suffisantes pour que les élections soient invalidées ? Vos avis sont les bienvenus.

Les français, du moins ceux qui croient encore au cirque électoral, viennent de se choisir un nouveau maître.

Le système est ainsi fait que, paradoxalement, ils se sont encore retrouvés au 2 nd tour à devoir choisir entre les 2 candidats les plus détestés.

C'est finalement le laquais de la haute finance, soutenu par seulement 1 français sur 7, mais surtout par la City, Washington et Bruxelles qui monte sur le trône aujourd'hui.

Devant cette situation aberrante, tout comme le joueur compulsif qui se fout que le casino ne perde jamais, la populace ne se pose aucune question sur le fonctionnement d'un système électoral manifestement défaillant...

Alors pourquoi pas, jouons le jeu, aussi absurde qu'il soit... Mais au moins vérifions que les règles sont respectées, c'est la moindre des choses.

Et en y regardant de plus près, on peut avoir quelques doutes !

Afin d'éviter un procès en sorcellerie, tous les chiffres présentés ici sont des données officielles et vérifiables concernant les inscriptions sur les listes électorales.

Ces données émanent directement de l'état : l'INSEE, le ministère de l'intérieur et le ministère des affaires étrangères, ou d'articles de presse se référant à ces organismes : à priori il ne s'agit pas de sources conspirationnistes.

Et selon toute logique, elles ne devraient pas être contradictoires...

Pourtant, comme nous allons le voir, quelques petits calculs et comparaisons entre ces chiffres officiels font apparaitre des incohérences majeures.

PRES DE 600'000 INSCRITS FANTÔMES

Le ministère de l'intérieur annonce 47'581'118 inscrits au 1er tour 1; or l'INSEE et le ministère des affaires étrangères n'en comptabilisent que 47'014'641 (expatriés inclus) 2 3 4.

Il y donc eu 567'477 inscrits en trop par rapport aux chiffres officiels : d'où sortent-ils ?

On pense immédiatement aux 500'000 électeurs inscrits en double, et dont la « grande » presse 5 avait parlé en avril... Depuis, silence radio sur les mesures mises en œuvre pour régler le problème.

S'il s'agit bien de ça, on pourrait alors penser que rien n'a été fait pour remédier à cette grave irrégularité, et que les heureux bénéficiaires ont bien pu voter plusieurs fois.

On devrait donc conclure :

  • Soit à une erreur de l'INSEE, qui prétend pourtant que ses statistiques « reflètent la réalité de manière exacte et fiable » 6
  • soit à un laxisme ahurissant de la part des services de l'état pourtant informés du problème,
  • soit à une manipulation délibérée du scrutin (carte chance : si vous êtes « en marche », vote compte double).

50% DE NON-INSCRITS SUPPLEMENTAIRES SUR LE DERNIER QUINQUENNAT

ANNEE ELECTORALE CORPS ELECTORAL POTENTIEL* INSCRITS EN FRANCE INSCRITS EXPATRIES NON-INSCRITS* % NON-INSCRITS* Evolution taux non-inscription*
2007 48'857'822 7 43'973'024 8 535'000 8 4'349'797 8,9% /
2012 49'422'043 9 44'428'000 10 1'150'000 11 3'844'043 7,8% -12,4%
2017 53'242'805 2 45'678'000 3 1'336'641 4 6'228'164 11,7% +50,0%

(*) : Sur l'ensemble des français en droit de voter résidant sur le territoire et à l'étranger

Alors que le taux de non-inscription avait légèrement diminué lors du quinquennat précédent, il abondi de 50% lors du quinquennat Hollande...

La presse 12 a relayé des milliers de cas d'électeurs récemment radiés des listes sans en être informés.

C'est d'ailleurs illégal :

«Aucune radiation d'office ne peut intervenir si l'électeur concerné n'a pas été avisé de la mesure qui va être prise à son encontre. » 13

Mais c'est très loin d'expliquer ces 2,4 millions de non-inscrits supplémentaires...

L'INSEE REECRIRAIT-IL L'HISTOIRE ?

Pire... L'INSEE semble avoir bidouillé ses chiffres pour dissimuler cette augmentation exponentielle des non-inscrits...

Dans une enquête de mars 2017, il a en effet publié un tableau récapitulatif des taux d'inscriptions sur le territoire entre 2006 et 2017.

Léger problème : les valeurs indiquées sont en totale contradiction avec ses précédentes publications.

Version 2007 7*

Version 2012 9* Version 2017 2 *

(*) : Ces chiffres n'incluent pas les expatriés

Si ce n'est pas un cas flagrant de falsification orwellienne de l'Histoire, ça y ressemble foutrement...

DES IRREGULARITES SUSCEPTIBLES D'INVALIDER L'ELECTION

Les incohérences constatées sont suffisamment importantes pour avoir potentiellement modifié le résultat du premier tour.

En faisant appel au big data, il aurait même été techniquement possible de trier et sélectionner, en fonction de leur vote probable, à la fois les radiés et les bénéficiaires de plusieurs cartes d'électeurs.

Cet article sur Liegey-Muller-Pons 14, la start-up en charge de la stratégie électorale de Macron, en témoigne:

« Il y avait tout : le nom, le prénom, leur modèle de voiture, leur métier, s'ils avaient voté à la primaire ou non, et, dans la dernière case : le pourcentage de chances qu'ils votent pour Obama. » Le jeune Français n'en revient pas : grâce aux données récoltées sur Internet, lui et les autres militants du jour ne frappent qu'aux portes de personnes plutôt à gauche, et donc potentiellement à même de voter pour les idées de celui qui sera le futur président des États-Unis. « En rentrant à Boston, je suis immédiatement allé voir Guillaume et Vincent : il fallait qu'on fasse pareil en France ! »

En jouant sur ces variables on aurait ainsi pu faire passer Macron de la 4 ème à la 1 ère place ; un coup d'état d'un nouveau genre...

Mais même sans parler de probables manœuvres frauduleuses, légalement les irrégularités manifestes que présente cette élection auraient dû suffire à entrainer son annulation :

« L'annulation de l'élection présidentielle [..]. serait encourue [..]. dans l'hypothèse d'irrégularités d'une telle ampleur, qu'elles renverseraient le résultat du vote : on pense, par exemple, à l'inscription de milliers de faux-électeurs sur les listes électorales. » 15

Pourtant le conseil constitutionnel n'a rien trouvé à y redire, aucun des candidats n'a jugé bon de le saisir - et comme toujours la populace n'a pas son mot à dire !

Circulez, y a rien à voir...

  1. interieur.gouv.fr

(2 ) https://www.insee.fr/fr/ statistiques/2649341
(3 ) https://www.insee.fr/fr/ statistiques/2649310

(4 ) http://www.diplomatie.gouv.fr/ fr/services-aux-citoyens/ inscription-consulaire-et- communaute-francaise/article/ la-communaute-francaise- inscrite-au-registre-des- francais-etablis-hors-de

(5 ) lavoixdunord.fr

(6 ) insee.fr

(7 ) wikiterritorial.cnfpt.fr

(8 ) liberation.fr

(9 ) insee.fr

(10 ) insee.fr

(11 ) tdg.ch

(12 ) lunion.fr

(13 ) collectivites-locales.gouv.fr

(14 ) gqmagazine.fr

(15 ) sisyphe-avocats.fr

Auteur Guillaume P.

Note1**Le document est sous la responsabilité de l'auteur et ne saurait engager LME.

Note 2**J'ai aussi reçu, un « mémoire » de H.L qui va dans le même sens, dénonçant une fraude massive et demandant l'annulation des élections. Ce document est impubliable de part les termes et raisons employés. La liberté d'opinion et d'expression publique, ayant des limites juridiques, même si le combat est juste, puisque touchant les enfants la raison doit néanmoins, dépasser la passion et la colère. Vous pouvez consulter la version plus soft ICI

lesmoutonsenrages.fr

 commentaire