Opposés au protectionnisme, 25 Nobel d'économie attaquent les candidats souverainistes

18/04/2017 3 min francais.rt.com  présidentielle sortie de l'euro Prix Nobel  France  tribune 127686

© Matthieu Alexandre Source: AFP

Des prix Nobel d'économie ont épinglé dans un texte commun les programmes «anti-européens» des prétendants à l'Elysée, ne nommant que Marine Le Pen. Pourfendant le protectionnisme, ils ont défendu la construction européenne et l'accueil des migrants.

Une tribune parue dans les colonnes du journal Le Monde du 18 avril et cosignée par 25 lauréats du Prix Nobel d'économie - parmi lesquels le français Jean Tirole et l'américain Joseph Stiglitz - pointe du doigt les «programmes anti-européens» et «protectionnistes» de certains candidats à la présidentielle, qualifiés de «politiciens clivants». Parmi ces derniers, seule Marine Le Pen est nommément citée.

Les 25 économistes ont indiqué que certains d'entre eux avaient été cités par des candidats à la présidentielle, «notamment par Marine le Pen [..]. pour justifier un programme politique sur la question de l'Europe». Pour mettre les points sur les «i», les lauréats ont loué la construction européenne, affirmant que les programmes anti-européens déstabiliseraient la France et provoqueraient des «guerres commerciales». «On doit parvenir à cette protection sociale sans protectionnisme économique», ont-ils encore plaidé.

La question #européenne électrise un #débat présidentiel dominé par les #eurosceptiques t.co pic.twitter.com/n4HmzYpPP1

RT France [(@RTenfrancais)] 4 avril 2017

Les prix Nobel ont également défendu leur vision de l'immigration en affirmant : «Quand ils sont bien intégrés au marché du travail, les migrants peuvent être une opportunité économique pour le pays d'accueil».

Si Marine Le Pen est la seule candidate à être nommée dans la tribune, plusieurs prétendants à l'Elysée, notamment Nicolas Dupont-Aignan, François Asselineau ou Jean-Luc Mélenchon, ont prévu en cas de victoire électorale de mettre en place des mesures protectionnistes, voire pour certains, une sortie de l'euro et de l'Union européenne.

Lire aussi : Le président allemand conseille aux Français de ne pas écouter «le chant des sirènes» populiste

francais.rt.com

 commentaire