Syrie : toujours pas de preuves tangibles d'attaque chimique

18/04/2017 2 min pravdafrance.com  propagande  armes chimiques Casques Blancs  Syrie 127676

Le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov a déclaré que plus de deux semaines après l'attaque chimique présumée à Khan Cheikhoun, les preuves confirmant l'implication des forces gouvernementales n'ont pas été encore fournies.

« Cela fait plus de deux semaines que l'incident présumé impliquant des armes chimiques a eu lieu. Cependant, les seules "preuves" d'utilisation des armes chimiques demeurent toujours deux images faites par les Casques blancs », a déclaré M. Konachenkov.

Il a également souligné que la ville « vit sa propre vie ». « Aucune demande d'aide en termes de médicaments spéciaux, d'antidotes ou de désactivateurs, non seulement de la part des civils mais aussi des pseudo-sauveteurs, n'a été adressée », a-t-il déclaré.

Le porte-parole a indiqué que ceux qui accusent les autorités syriennes d'avoir effectué l'attaque chimique n'envisageaient par de mener une enquête impartiale à ce sujet.

« La zone présumée de contamination aux armes chimiques, d'où les habitants locaux étaient censés être évacués, n'a toujours pas été définie à Khan Cheikhoun », a-t-il dit.

Cependant, les experts se demandent comment les représentants des Casques blancs ont pu travailler dans la zone de contamination aux armes chimiques sans masques à gaz et sans costumes spéciaux et rester en vie.

Selon le responsable du ministère, cette question met en cause les accusations des politiciens et des diplomates occidentaux qui se fondent sur les données diffusées sur les réseaux sociaux.

Auparavant, Pravda.Ru a rendu public que la propagande sur les réseaux sociaux joue un rôle important dans le conflit syrien. Ainsi, la décision de frapper la base de Shayrat par des Tomahawks se basait sur les informations des réseaux sociaux.

Les preuves de l'attaque n'ont été fournies que par l'Organisation les Casques blancs. Le fait que la Russie ne tient compte de ses témoignages n'empêche pas les médias de citer les informations diffusées par cette organisation sans vérification.

pravdafrance.com

 commentaire