16/04/2017 10 min reporterre.net #127587

Avec la caravane de la France insoumise dans les quartiers populaires de Marseille

À une semaine du premier tour de l'élection présidentielle, la France insoumise, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, mobilise sept « caravanes » envoyées à la rencontre des Français, notamment des quartiers populaires. Reporterre a suivi ses militants à Marseille, dans un des quartiers les plus pauvres de France.

  • Marseille (Bouches-du-Rhône), correspondance

Lucas Trottmann profite de ses jours de congés pour tenir le volant de la « caravane insoumise » Sud-Est du mouvement de Jean-Luc Mélenchon. Partie le 9 avril de la cité emblématique de La Castellane, à Marseille, elle s'achèvera à Saint-Étienne le 21 avril, à la veille d'un premier tour à l'élection présidentielle plus que jamais imprévisible. Le Marseillais de 24 ans est surveillant dans un lycée. Il craint que les vacances scolaires ne favorisent le taux d'abstention, annoncé déjà comme inédit, au premier tour de la présidentielle : « Dimanche 23 avril, ce sera le retour des vacances » pour l'académie d'Aix-Marseille. Inciter à voter, c'est le principal objectif de la caravane, comme pour les six autres qui sillonnent la France des quartiers populaires, en fonction d'un découpage par secteurs géographiques : Ile-de-France, Nord, Est, Sud-Ouest, Ouest, Centre et Sud-Est. En ajoutant la caravane de la Guadeloupe, qui s'est achevée le 7 avril, ce sont pas moins de 105 étapes qui auront été effectuées.

Ce sont « les zones à plus fort taux d'abstention qui sont ciblées », précise Lucas Trottmann. Dans le 3 e arrondissement de Marseille où s'installent les militants ce mercredi 12 avril, l'abstention à la présidentielle de 2012 a presque atteint les 30 % soit 10 points de plus qu'à l'échelle nationale. Le vote y est habituellement favorable à la gauche. En 2012, au premier tour, Jean-Luc Mélenchon avait emporté plus de 17 % des suffrages exprimés et François Hollande plus de 42 % contre respectivement 11 % et 28 % nationalement. Au deuxième tour, le 3 e arrondissement a offert un plébiscite de près de 70 % à François Hollande face à Nicolas Sarkozy. Logé entre le centre-ville et les cités des quartiers nord, le secteur est l'un des plus pauvres de France. Plus d'un habitant sur deux y vit sous le seuil de pauvreté. C'est aussi un des endroits les plus abandonnés des politiques publiques. Absence de services publics de proximité, écoles insalubres, difficultés d'accès au réseau de transport sont le quotidien des habitants.

« Les indécis sont de gauche »

Vers 10 h, le camion de la France insoumise s'installe sur la place de Strasbourg, située non loin de la gare Saint-Charles et de la Porte-d'Aix. Les militants sont encore en train d'installer et de poser des affiches de campagnes quand le kiosquier vient leur offrir le café. Celui que l'on surnomme Bébé dans le quartier affirme voter depuis longtemps pour Jean-Luc Mélenchon « parce qu'il est le seul à défendre les travailleurs ». Fodé Diallo, originaire de Guinée-Conakry, est un de ses clients réguliers. Après 40 ans passés dans le bâtiment et un accident du travail, il n'a pas le droit au chômage. « En 2012, j'avais voté Hollande pour que les pauvres puissent vivre. Mais aujourd'hui, c'est plus la merde qu'avec Sarkozy », dit-il. Déçu, il ne pense pas aller voter. Bébé tente de le convaincre : « Cette année, c'est la seule chance que Mélenchon passe. C'est le seul qui défende la retraite à 60 ans, alors réfléchis, quand tu es à la maison, pense à toi. » À l'attention de son client âgé de 59 ans, l'argument fait poids.

Lucas Trottman, référent de la caravane insoumise Sud-Est.

S'adresser aux gens à propos de leurs préoccupations, c'est ce que cherchent à faire les militants de la France insoumise. Ils proposent un « simulateur de droits sociaux ». Un ordinateur portable et une connexion internet permettent de répondre aux demandes sur les droits sociaux. Lucas Trottman, qui est venu militer dans la France insoumise par « écœurement de la continuité libérale des quinquennats de Sarkozy et de Hollande » considère que c'est une façon « de lutter contre le discours d'assistanat. Il n'y a pas de problème d'assistanat. Il y a problème d'information et d'accès aux droits ». Au fur et à mesure de la matinée, les militants se font de plus en plus nombreux. Jusqu'à une vingtaine, pour tracter, converser, offrir cafés et viennoiseries. L'accueil que leur rendent les passants est plutôt positif. « Oui oui, on va voter pour Mélenchon, il est gentil, il est bien », répondent deux femmes d'une quarantaine d'années d'origine maghrébine. « Depuis Sarkozy, je ne trouve pas de travail. Je suis menuisier aluminium. Mélenchon, j'aime bien. Sa parole, ça me suffit », dit un homme d'une cinquantaine d'années. Un trentenaire en survêtement vient prendre une pile de tracts pour les distribuer dans les boites aux lettres de son immeuble. Sous la tente, une dame d'une cinquantaine d'années vient boire le café. Elle est aide-soignante dans une maison de retraite. « Beaucoup de mes collègues vont voter pour Mélenchon, assure-t-elle, par contre, pour beaucoup de résidents, ce sera Marine Le Pen. »

Sacha Bourguignon, militant de la France insoumise.

Il y a celles et ceux qui, déçus des politiques annoncent qu'ils iront voter blanc ou s'abstiendront. Robert, intérimaire dans le bâtiment, attend le bus habillé d'un survêtement de l'OM. Il votera blanc. « Depuis que je suis né, rien n'a changé. Des gens qui galèrent comme ça, c'est pas normal. Il faut déjà qu'on donne du travail aux gens, sinon ça va péter », dit-il. Momo, fonctionnaire hospitalier, reste un long moment près de la caravane. Natif de Marseille et d'origine algérienne, ce quadragénaire s'intéresse au candidat de la France insoumise « pour sa grande gueule et parce qu'il est dans son combat ». Il n'a pas pour autant arrêté son choix de vote. Le plus important pour lui est d'aller voter, « parce que les gens de droite et d'extrême droite, eux, ils votent quoiqu'il arrive. Les indécis sont de gauche ». Philippe Adnot, venu de région parisienne avec le camion de la caravane, partage la même analyse : « On est perdant avec l'abstention. C'est le vote des citoyens qui manque face au vote des milliardaires, qui eux défendent leurs intérêts. » Momo veut s'adresser aux jeunes pour les enjoindre à s'inscrire sur les listes électorales et à voter. « Mais allez-y sans étiquette, parce que, sinon, les jeunes ne vous écouteront pas, pensant que vous venez juste leur faire des promesses, conseille-t-il aux militants. Dans les quartiers, se montrer politisé, c'est toujours compliqué. Si tu fais campagne pour quelqu'un, les gens pensent que tu es payé », ajoute-t-il, faisant référence au clientélisme bien ancré dans la cité phocéenne.

La plupart des militants de la caravane ne sont pas issus d'un parti politique. Bernard Mounier est membre de l'association Eau bien commun. Comme pour chaque livret thématique qui compose le programme de la France insoumise, il a participé à la rédaction de celui sur l'eau. « Que Mélenchon soit élu ou non, ça nous fait avancer sur la thématique », se réjouit-il. Pour lui, la démarche de la France insoumise constitue « une occasion historique de mettre l'écologie au centre du social et de l'économie. En cas de victoire, c'est la première étape pour gérer l'anthropocène et mettre fin au capitalisme ».

« Les gens des quartiers ont beaucoup de choses à dire »

Livia Tamburini est infirmière. À 58 ans, elle a déjà milité au PCF au début des années 1980 avant d'en partir en 1983 à cause du tournant de la rigueur. « En 1981, à l'élection de François Mitterrand j'étais très fière. Après on s'est bien fait avoir », dit-elle avec un rire gêné. Aujourd'hui, elle cherche « à créer des liens pour une politique du bien-être ensemble. À la France insoumise, il y a divers points de vue. C'est plus souple que dans un parti. Avec des gens dans l'écologie qui sont plus ouverts. D'autres qui viennent de l'éducation populaire », raconte-t-elle.

Philippe Adnot (au centre) et son fils Raphaël sont venus de région parisienne pour faire vivre la caravane. À droite, Ouali Brinis, candidat aux législatives.

Pour les élections législatives, la moitié des candidats de la France insoumise sont des citoyens non encartés. Les candidats ont été désignés par des processus locaux. Candidate aux législatives pour la circonscription qui englobe le 3 e arrondissement, Aurélia Fernandez veut « garder sa liberté de pensée ». Formatrice en français langue étrangère auprès de demandeurs d'asile, elle s'insurge de « l'abandon des quartiers pauvres, de la répression du syndicalisme et d'une justice à deux vitesses : d'un côté, une Christine Lagarde coupable sans peine et de l'autre, des SDF condamnés à de la prison ferme pour vol d'une bûche de chèvre ou de pâtes parce qu'ils avaient faim ».

Ouali Brinis, candidat dans les quartiers nord, côtoie quant à lui Jean-Luc Mélenchon depuis la fin des années 1980. D'abord au PS. Parti dont il a « claqué la porte » en 1997. Puis au Parti de gauche, dont il a toujours la carte. « Pour l'instant, le PG est mis de côté au profit de la dynamique collective », précise-t-il. « Les gens des quartiers ont beaucoup de choses à dire. La situation changera s'ils s'impliquent. On ne pourra pas le faire sans eux », considère le militant. Des propos qui résument la stratégie visant à convaincre les habitants de quartiers populaires pour espérer l'emporter.

Affiche de campagne pour les législatives dans la cité de Frais-Vallon (13 e arrondissement de Marseille).

À 24 ans, Sarah Soilihi, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon et candidate aux législatives, est un signe fort de cette stratégie. La jeune femme d'origine comorienne vient de la cité de Frais-Vallon, dans le 13 e arrondissement de Marseille. Avant de rallier la France insoumise, elle a été porte-parole du PS aux dernières élections régionales. Championne du monde de kick-boxing en 2015, c'est elle qui a lancé le meeting de Jean-Luc Mélenchon sur le Vieux-Port, le 9 avril, devant 30.000 (selon la presse locale) à 70.000 personnes (selon les organisateurs).

Source : Pierre Isnard-Dupuy pour Reporterre

Photos : © Pierre Isnard-Dupuy/Reporterre

reporterre.net

 commentaire