L'inutilité d'élire un politicien

170402 4 min
Avant d'élire quelqu'un, on peut ausculter les comportements que ça engendre. Un des principaux problèmes à combattre est d'ordre psychologique, et tient à la tendance à la soumission. Si des gens fâchés refusent qu'une personne en particulier ne se fasse élire, c'est surtout parce qu'ils refusent d'avoir à se soumettre à l'inintelligence décisionnelle d'une personne particulièrement incompétente.

Mais, ce sera toujours le cas de toutes façons. Cette inaptitude reste valable autant pour les pire que pour les meilleurs. De quel droit la personne la plus haute placée dans la structure sociale hiérarchique, héritée d'un temps où internet n'existait pas et où la communication était de faible densité et intensité, peut-elle décider à la place des personnes compétentes dans chacune de milliers de disciplines qui ont besoin de relever d'une règlementation ?

Là encore on rencontre un autre problème, c'est que ce besoin de relever d'une règlementation ne fasse que pallier à l'incomplétude d'un système qui génère des criminels sans cesse plus habiles, malins, sournois, organisés et même puissants.

A leur tour, ils sont capables de tirer profit de la tendance à la soumission des élites pour prendre le dessus sur leurs supérieurs hiérarchiques, en leur offrant de faire partie de ce qui surpasse tous les politiciens, et qui existait longtemps avant et existera longtemps après eux, à savoir l'industrie, et ses fortunes gigantesques. A ce moment-là ils pratiquent la corruption, et cela avec un succès grandissant.

Alors, quand on parle d'élire un nouveau président, ce n'est plus qu'une parodie de démocratie qui se joue puisque de toutes manières, entre les puissantes oligarchies au service d'entreprises privées, et les innombrables cas de figures de lésion de la justice qu'on peut relever partout dans la société, demander à une personne de régir l'esprit dans lequel sont prises les décisions relève de l'absurde.

Je parle de l'esprit car, leur identité politique prime sur tout le reste, et comme dans une boîte de com, ils veulent surtout que leurs décisions reflètent leur image de marque, indépendamment de savoir ce qui est juste ou non, et ce qui tue ou pas.

Le système politique inepte se défini par ces composants, des politiciens férus de leur image, des décisions prises par les mauvaises personnes, une corruption endémique faisant des politiciens de simples manoeuvres d'un capitalisme destructeur, et une population qui s'en remet trop docilement à sa hiérarchie, qui n'est pas écoutée, et plutôt conduite à se batte les uns avec les autres.

*

L'idée, c'est que le système politique soit impersonnel, et uniquement fondé sur les actes, les constats, les lois fondamentales, les prospectives et les décisions qu'il faut avoir la force de prendre.

Ce qui se passe aujourd'hui est que des décisions graves et courageuses doivent être prises, et que personne n'a la légitimité (ou le pouvoir), même si c'était une élection mondiale, de prendre des décisions qui ne sont pas sous-pesées et consolidées par l'étude, la recherche, la raison et l'objectivité. Des décisions qui sont légitimes ne peuvent jamais être prises, parce qu'en face on aura toujours un grouillement d'activités obscures pour contrer cela. Et ces activités obscures recouvrent des champs d'un immensité insondables, puisque ça va de l'éducation dans la prime enfance à la perpétuation de la fabrication de réflexes de soumission.

Tout ce que peut faire un candidat élu, c'est de jouer le micro-dictateur en se faisant le plaisir de décider n'importe quoi à la place de ceux qui savent, et d'imposer son autorité débile afin d'en jouir, tout en insultant les faibles qui sont incapables de rivaliser contre eux.

Mais par contre pour ce qui est des décisions vitales, dont dépendent l'avenir de l'humanité à long terme, le fait de laisser une planète ruinée aux générations suivantes qui devront souffrir pendant toute leur vie de famine, de maladies et des guerres financées par l'argent public, pour ça, personne ne peut en décider.

Personne ? Disons que ce qui peut en décider, doit être légitime. Et cette légitimité ne peut provenir que de l'addition de toutes les études, avis, idées des intervenants les plus experts, dans chacune des matières que ça concerne. Seules philosophes interdisciplinaires peuvent englober une vision assez globale pour tenter d'harmoniser ces nombreuses actions qui doivent être entreprises chaque jour. Mais même là, leur principale tâche sera d'enseigner, d'instruire les gens afin qu'ils s'arment des meilleurs repères psychologiques, et non de décider à leur place.

*

Ceci nous mène vers une psychologie de la politique qui relève de l'exercice chronique de la liberté individuelle et du respect d'autrui. Dans les relations inter-humaines, doit présider un profond respect pour les idées des autres, une écoute, une distance morale qui soit responsabilisante les uns avec les autres.