Quand les Trognons de la Nation aident leur maraîcher d'Amap

19/03/2017 3 min reporterre.net  jardin sans pétrole 126428

En lieu et place de Jardin sans pétrole cette semaine, la visite-coup de main annuelle au maraîcher bio de l'Amap. Au programme : installation des tuteurs pour les tomates et préparation des semis.

Il y avait du printemps dans l'air ce dimanche 12 mars ! Pour autant notre destination n'a pas été le Jardin sans pétrole, mais le village de Verdelot, en Seine-et-Marne, où Jean Pacheco, maraîcher bio, cultive des légumes pour plusieurs Amap d'Ile-de-France, dont celle à laquelle j'adhère, les Trognons de la Nation.

Une fois au moins dans l'année, nous allons lui donner un coup de main pour les semis et le repiquage des plants. On l'aide aussi à désherber et à divers bricolages qui peuvent devenir fastidieux quand on est seul.

Aujourd'hui, nous sommes douze Trognons. Sous la serre gigantesque, Jean entraîne une partie du groupe pour installer les fils qui serviront de tuteurs aux tomates. Il faut monter à une échelle et passer les cordelettes fixées dans le sol au-dessus d'un câble, puis dans une attache, qui permet de les tendre, en faisant attention à ne pas les décrocher du sol et de ne pas piétiner les jeunes plants.

Nous autres sommes requis pour préparer les semis dans un espace réservé de la serre. Jean y a installé une machine qui fabrique des mottes. La terre qui entre d'un côté est triturée par une vis sans fin, puis mouillée à point avant de remonter dans des moules qui la pressent et lui donnent la forme de cubes. Ceux-ci sont marqués sur l'une de leurs faces d'une dépression bien centrée dans laquelle on place la graine. Celles des tomates cornues des Andes, toutes bleues, attirent notre attention. Nous semons aussi d'autres variétés moins spectaculaires et différentes courgettes et courges.

Mais quel est le sens des graines des cucurbitacées ?

Les graines des cucurbitacées se placent à la verticale en respectant le bon sens. Lequel est-ce ? L'une des extrémités de la graine plate et ovale porte une légère cicatrice. Un « orifice » par lequel les racines de la plante vont s'échapper dans la motte tandis que les feuilles se déploieront vers la lumière. Mieux vaut ne pas se tromper ! Jean, pédagogue, accueille nos questions avec bienveillance.

Une heure plus tard, toutes les mottes, qui logent chacune une graine, tiennent toutes seules dans des cagettes, sans avoir besoin d'utiliser des godets en plastiques. Plus de 1.500 semences prêtes à éclore dans la chaleur de la serre, où, rapidement, nous sommes tous en tee-shirt.

En fin de journée, alors que le soleil brille encore, sous la serre, il pleut doucement - par arrosage. La production a ses exigences... Même en agriculture biologique, le maraîcher s'affranchit ainsi des aléas du climat et crée un environnement favorable à ses cultures.

Derrière la fenêtre, mes semis, que j'arrose en rentrant, me semblent bien dérisoires, si ce n'est la satisfaction d'intégrer leur production dans un cycle de matière vertueux de mon seau d'épluchure aux nouvelles plantules qui rejoindront le jardin.

De cette journée conviviale et productive, je rapporte l'idée qu'un presse-motte manuel serait un tout de même un bon investissement.

Source : Christine Laurent pour Reporterre

Photos : © Christine Laurent/Reporterre

reporterre.net

 commentaire