18/03/2017 9 min arretsurinfo.ch lobby conspiration xénophobie AIPAC Frères musulmans #126419

L'Aipac a donné 60.000 $ à l'architecte de l'interdiction d'entrée aux musulmans édictée par Trump

Des déclarations de revenus récemment rendues publiques montrent que le plus grand groupe de pression pro-israélien a subventionné un think tank dont les manigances ont joué un rôle déterminant dans la décision de l'administration Trump d'interdire l'entrée du territoire aux musulmans.

Netanyahou à Washington DC, Mars 2012 (photo credit: Amos Ben Gershom/GPO/Flash90)

L'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) a été remarquablement silencieux sur les lenteurs de l'administration Trump à revenir sur sa flambée d'attaques anti-sémites, menaces de bombardements et nomination d'un ambassadeur en Israël qui a qualifié J Street de « pire que les kapos », ainsi que sur ses liens avec des ethno-nationalistes tels que le stratège de la Maison Blanche Stephen K. Bannon et le haut conseiller Stephen Miller. Mais l'AIPAC a fait plus que tolérer son virage sur l'aile vers l'extrémisme et la xénophobie. Des déclarations de revenus récemment rendues publiques montrent que le plus grand groupe de pression pro-israélien a subventionné le Center for Security Policy (CSP - Centre pour une Politique Sécuritaire), think tank dont les manigances ont joué un rôle déterminant dans la décision de l'administration Trump d'interdire l'entrée du territoire aux musulmans.

En 2015, l'AIPAC a lancé un lobby en forme d'association sans but lucratif à vocation sociale exemptée d'impôt (« 501c4 advocacy group ») : Citizens for a Nuclear Free Iran (CFNI - « Citoyens pour un Iran non Nucléarisé »). Supposé dépenser 20 millions de $ en juillet et août 2015, ce lobby fut « formé » dans le seul but d'éduquer le public « sur les dangers que faisaient courir les accords US-Iran en cours de négociation », ainsi que l'expliqua son porte-parole Patrick Dorton au New York Times. Le Times rapporta que ce budget de 20 millions de $ allait servir à acheter des espaces publicitaires dans au moins 40 états, ainsi qu'à financer d'autres formes de pression.

De fait, la déclaration fiscale du groupe (consultable ici) révèle que l'entreprise de bourrage de crânes de l'AIPAC a déboursé 18 millions de $ en « dépenses en relations avec les médias », 8,35 millions de $ en « programme de dépenses téléphoniques » et 58.200 $ en « frais d'enquêtes ».

Peu après le lancement du groupe, mon collègue Ali Gharib et moi-même avons remarqué que son site web affichait deux articles faisant la promotion d'un groupe d'opposants iraniens en exil connu comme ex-groupe terroriste, les Mujahedin-e Khalq (MEK = « Moudjahiddines du Peuple »). Le CFNI utilisait même un montage [« b-roll footage »] réalisé d'après une conférence de presse du Conseil National de la Résistance Iranienne (CNRI), considéré par le Département d'État comme la « branche politique » du MEK (ce qui lui avait valu de figurer sur la liste des organisations terroristes, jusqu'à ce que le MEK en soit lui-même retiré en 2012).

Suite à nos efforts pour obtenir quelque commentaire à ce sujet, le lobby de l'AIPAC contre les accords USA-Iran a fait disparaître de son site tout ce qui avait un rapport avec le MEK en invoquant une « erreur de communication », mais le montage vidéo figure toujours dans ses annonces publicitaires et sur Youtube.

Le flirt de l'AIPAC avec des groupes extrémistes semble être allé encore plus loin que l'emprunt au MEK de passages filmés de conférences.

D'autres divulgations fiscales révèlent que le CFNI a versé 60.000 $ à « Secure Freedom », versement référencé « don à un groupe », sous le n° d'identité fiscale 52-1601976. Ce n° d'identité fiscale est celui du Centre pour une Politique Sécuritaire, think tank belliciste dont les activités sont largement consacrées à pousser le gouvernement à augmenter ses dépenses en matière d'armements (il a reçu des fonds de Boeing, de General Dynamics, de Lockheed Martin, de Northrup Grumman, de Raytheon, et de General Electric) et contribue énergiquement à répandre des théories complotistes dépourvues de tout fondement sur l'infiltration du gouvernement US par des musulmans américains et les Frères musulmans.

L'adresse de contact reliée à cette subvention était une résidence privée de la Nouvelle Orléans appartenant à Marsha Halteman, membre du Jewish Institute for National Security Affairs (JNSA). Halteman n'a pas répondu à notre question demandant pourquoi son nom apparaissait en relation avec ce don.

Le chef du CSP est Frank Gaffney, un théoricien de la conspiration islamophobe, qui a prétendu sans le moindre fondement que la collaboratrice de Hillary Clinton, Huma Abedin, l'activiste anti-impôts Grover Norquist et l'ex-collaborateur de George W. Bush Suhail Khan faisaient partie d'un complot des Frères musulmans pour infiltrer le gouvernement US. Il a aussi prétendu que « le croissant et l'étoile islamiques apparaissent dangereusement dans la morphologie du logo de campagne d'Obama et dans celui de la Missile Defense Agency », et il a participé à la création d'un groupe inter-confessionnel visant à soutenir le programme islamophobe de Trump.

Gaffney et la collaboratrice de Trump Kellyanne Conway ont joué un rôle -clé pour amener l'administration Trump à interdire l'entrée du pays aux ressortissants de sept (et maintenant six) pays à populations majoritairement musulmanes.

Kellyanne Conway (Fox News via AP)

En 2015, Gaffney a commandé à la firme de Conway un sondage sur l'attitude générale des musulmans US. Publié en juin 2015, ce sondage prétendait révéler que 51% des musulmans étaient d'avis que « les musulmans des USA devraient pouvoir choisir de vivre sous la char'ia », entre autres découvertes. Mais la méthodologie du sondage était très suspecte, dans la mesure où celui-ci avait consisté en une simple enquête opt-in en ligne (qui pose des questions tendancieuses ne permettant que des réponses affirmatives), méthode que les experts considèrent comme non-fiable. La firme de Conway a elle-même fini par admettre que ses résultats n'étaient pas « statistiquement représentatifs de la population musulmane des États-Unis ».

Mais rien de tout cela n'a empêché Trump de citer le sondage pour justifier sa « totale et complète interdiction aux musulmans d'entrer sur le territoire des États-Unis jusqu'à ce que les représentants de notre pays puissent se rendre compte de ce qui se passe » (7 décembre 2015).

Il est donc plus que possible que les fonds aient servi au CSP à faire du lobbying pour saboter les accords USA-IRAN. Par ailleurs, l'empressement de l'AIPAC à s'acoquiner avec une organisation dont le président, Frank Gaffney, a été dénoncé par l'Anti-Defamation League, le Southern Poverty Law Center et l'American Conservative Union (qui l'ont brièvement exclu de leurs manifestations après qu'il eût accusé des opposants politiques de faire partie d'une conspiration des Frères musulmans) soulève de sérieuses questions quant à l'engagement de l'AIPAC à combattre la bigoterie, la discrimination et particulièrement le racisme anti-arabe aussi appelé islamophobie.

Ni l'AIPAC ni le CSP n'ont répondu à nos demandes de commentaires.

Eli Clifton |16 mars 2017

© 2008-2017 LobeLog.com

Eli Clifton est un journaliste qui se spécialise dans les rapports entre la politique et l'argent et dans la politique extérieure US. Il a collaboré au réseau American Independent New Network, à Think Progress et à Inter Press Service. L'article ci-dessus est reproduit avec la permission de Lobelog.com.

Article original : lobelog.com

Traduction de c.l. pour arretsurinfo.ch

arretsurinfo.ch

 commentaire