Des scientifiques français découvrent une nouvelle planète qui pourrait être habitable

17/03/2017 3 min fr.sputniknews.com #126372

 © Wikipedia/ NASA/JPL-Caltech

Par le biais d'un spectrographe extrêmement sophistiqué fixé à un télescope de l'Observatoire de la Silla au Chili, des scientifiques français se sont lancés à la recherche de planètes à proximité des naines rouges. Ils ont réussi à découvrir neuf nouveaux éléments célestes, dont un s'est avéré être une super-Terre se trouvant dans une zone habitable. Une autre planète, GJ273b, beaucoup plus petite que la Terre, mais plus lourde, a été découverte. Se trouvant proche de son étoile, elle est trop chaude pour abriter la vie. Les résultats de la découverte ont été publiés sur le site de l'Université Cornell.

Au cours de leurs observations, les scientifiques ont découvert deux planètes à proximité de la naine rouge GJ273. L'une d'entre elles, GJ273c, est une super-Terre où une année dure 18,64 jours terrestres. La planète reçoit de son étoile 10 % de chaleur en plus que la Terre.
D'après les auteurs de la recherche, ces indices permettent de la classer comme un élément céleste sur la surface duquel l'eau liquide peut exister, ce qui laisse penser qu'elle pourrait abriter la vie.

La découverte a été faite grâce à la méthode de la vitesse radiale définie par le spectrographe échelle HARPS de l'Observatoire européen austral. Les astronomes peuvent ainsi définir la fréquence des fluctuations des étoiles et la fréquence de la rotation de la planète ainsi que la masse minimum du corps qui l'influence avec sa gravité. Par le passé, la planète, qui se trouve dans une zone habitable de Proxima Centauri, avait été également découverte grâce à cette méthode.

Pourtant, selon les scientifiques, il est à ce stade impossible de savoir si GJ273c se trouve dans une zone habitable. Une planète de cette taille peut tout à fait avoir une atmosphère plus dense que celle de la Terre, ce qui garantirait un effet de serre plus intense.

La distance de GJ263c par rapport à la Terre permet d'espérer qu'il sera plus simple de l'étudier dans le futur. Cependant, d'après des astronomes, des planètes similaires se trouvent également à proximité d'étoiles proches, mais il est difficile de les découvrir en raison de la faible sensibilité des équipements modernes.

fr.sputniknews.com

 commentaire