17/03/2017 2 min fr.sputniknews.com animaux Human Rights chimpanzés #126356

Le chimpanzé est-il un homme comme les autres? Aux juges de statuer

© Flickr/ Jordi Payà

L'association « Nonhuman Rights Project » demande (de nouveau) que deux chimpanzés, actuellement en captivité dans l'État de New York, puissent rejoindre un sanctuaire pour y vivre librement jusqu'à la fin de leurs jours.

Rappelons qu'en 2014, un tribunal de première instance avait rejeté la requête de l'association de défense des animaux « Non Human Rights Project », qui affirmait que les chimpanzés ont les mêmes caractéristiques que les humains et qu'ils doivent, de ce fait, être reconnus comme des « personnes légales » et bénéficier des mêmes droits fondamentaux.

Au demeurant, l'ONG persiste à affirmer que la science, le droit et l'histoire ont prouvé que les chimpanzés sont autonomes, ont une conscience d'eux-mêmes et ressentent de l'empathie, autant de caractéristiques qui « établissent l'état de personne », avec le droit fondamental qui y est associé, celui de vivre en liberté.

« Il est important de noter que nous n'essayons pas de donner des droits humains aux chimpanzés », a souligné l'association. « Nous plaidons pour que les chimpanzés aient des droits de chimpanzés, à commencer par leur liberté de mouvement ».

La « Non Human Rights Project » se bat en l'occurrence pour deux chimpanzés répondant aux prénoms de Kiko et Tommy.

Kiko, qui est sourd, appartient à un particulier, tandis que Tommy vit dans une petite cage en ciment dans un abri sombre sur un terrain pour caravanes. Son propriétaire avait par ailleurs indiqué au journal local Times Union que le chimpanzé « aimait vivre seul », et avait une télévision et une stéréo à disposition.

« Il est incapable de faire des choses qui sont naturelles pour un chimpanzé. Il ne peut pas construire un nid, socialiser avec d'autres de son espèce, ou rechercher de la nourriture », a indiqué l'association sur son site Internet.

fr.sputniknews.com

 commentaire