20/11/2007 3 min #12609

Le choc le plus puissant possible

Peut-être que dans le subconscient populaire il règne ce genre d'idées, le principe de la vengeance qui est un plat qui se mange froid.



On se demandait pourquoi l'inconscient collectif a élu Sarkö comme président, peut-être que c'était par sens du scrupule de faire du mal à une femme si ça avait été elle.



Car le plan était très bien conçu. En premier on faisait monter la sauce, on gratifiait le politicien de toutes les qualités d'un James Bond, ce en quoi il a bien sûr fini par croire.

Qu'il se sente bien en condition, qu'il se sente invulnérable, qu'il transpire d'une écoeurant luxure et qu'il soit le plus odieux possible, tout en étant toujours complimenté sur des stupidités minables qui le ravissent.



Et puis là, c'était le plan, une fois bien chauffé, le politicien, là on lui assène le fond de ce que le peuple pense, de la politique, des politiciens, des riches qui donnent des leçons et qui modèle les lois par copinage, la pauvreté la misère et l'oppression morale sur les plus faibles...



On le revoit encore Sarkö dans sa jeunesse entre deux tours « Je sauverai les plus faibles et les plus démunis ! ». Prêt à tout dire pour devenir insoupçonnable du moindre mal.

Et le peuple, attentif et accomplissant son plan, fit mine d'accepter ses promesses.



Et puis soudain, à la première activité politique de Sarkö après 6 mois à peine de vacances de luxe, là on lui assène tout le mal qu'on pense, toute la gerbe qu'il suscite.



Crescendo, on le teste, on fait monter la pression, on tourne autour de notre proie.

Et même là il ne le sait pas, autour de lui, ce sont des loups affamés. Quand le peuple est un loup affamé, le politicien est une chair tendre pour ses dents crochues.



Il est clair que le refus d'un monde totalitaire, comme une vie de couple entre élites et peuple (l'un au pluriel l'autre au singulier) passe par des coup de trafalgar dont le but est de bien faire passer le message.



Il est certain que le refus de la constitution Européenne, avait un sens et que tant que ce sens n'est pas compris, il aura envie d'être exprimé de plus en plus fortement.



C'est pour ça qu'on a placé un Sarkö à cette place comme une cible neuve.

Et lui qui semblait croire que les Français n'avaient changé d'avis sur la question que pour lui faire plaisir.



Il essaie de jouer sur une stratégie psychologique, en alternant l'omniprésence et le mutisme.

Mutisme qui est exprimé par tous les médias y compris la qualité des films diffusés pendant cette période.

Le but est clairement de démoraliser, de faire planer une ambiance désagréable.



Et nous on le regarde se mouvoir silencieusement. On l'attend au tournant, aussitôt qu'il réapparaît, allez savoir pourquoi, le moindre mot qui sort de sa bouche paraît malhonnête.

 commentaire