14/06/2006 4 min #1248

USA-Urgence médicale : état des lieux à la Nouvelle Orléans aux lendemains de l’ouragan Katrina, par

Le 12 juin 06 à 16:52, dav8119 a écrit :

Politique Blair des hôpitaux publiques britanniques

En Angleterre (Forum, émission sur F5) les hôpitaux sont passés à la

mode "rentabilité" et progressivement sont conduits par le

gouvernement à se comporter telles des sociétés à haute rentabilités,

de sorte que :

- 75% de la "labeur" consiste à remplir des formulaires,

- les chefs de service (Managers) sont responsables de leurs

objectifs et sont virés s'ils n'y arrivent pas,

- obligation de traiter 98% des patients en moins de 4 heures, et

donc d'accélérer le traitements en cours pour respecter l'objectif,

valable de façon standard pour tous les services et hôpitaux

- ne pas remplir les objectifs est impossible et passible de grandes

peines si bien qu'elles sont soit truquées, soit

- les hôpitaux sont payés selon le nombre de patients, donc ils font

de la publicité pour les attirer = productivité, concurrence, perfomance

- création d'un nouveau service afférant aux statistiques afin de

tout surveiller, sous couvert de "transparence", "pour résoudre les

problèmes" et finalement pour pénaliser les pertes de rendement

rtsp://212.95.67.121:554/permanent/c1/ForumEU/20060610_blair_fr.rm

=

Combinaison des deux systèmes :

- aux US le social n'existe pas, c'est chacun sa merde, tout pour le

profit et donc, personne ne profite de rien, c'et la ruine

- en England le budget aux hôpitaux ont triplé mais en contrepartie

d'un management quasi dictatorial, avec des objectifs commerciaux,

une concurrence accrue, tout pour la rentabilité

Ce sur quoi sot d'accord les 2 c'est le soucis de rentabilité, pour

les US le néolibéralisme est égoïste, tandis qu'en england le

néolibéralisme c'est la méthode.

Suite à quoi, les deux deux qui sont amis tiennent par le fait ce

discours au monde : "c'est soit l'un soit l'autre", soit les hôpitaux

sont sociaux soit ils sont privés, en tous cas leur soucis c'est la

rentabilité et s'il n'y a pas de clients, les hôpitaux ferment.

En fait si il y a des médicaments, ce n'est pas en raison des

maladies existantes mais en raison des marchés existants.

L'erreur il me semble, c'est de confondre le marché et la demande, ce

qui un alignement qui ne peut être viable que si (et seulement si)

l'argent est un moyen diaphane d'opérer les transactions, sans valeur

intrinsèque.

Cette démonstration vise montrer à quel point la société de

consommation est une utopie, au sens flagrant du terme, un doux-rêve,

une croyance irrationnelle, et qui pourtant motive toute l'activité

humaine, et qui donc finalement, bloque toute l'activité humaine

**

La maladie mentale de l'obscurantisme

On peut aussi se dire, à la lecture de l'article précédent "USA- Urgence médicale", que cette information a pu transparaître grâce à

un travail de ré-information (successif à une désinformation). Ces

informations ne transparaissent pas d'habitude en occident.

Quand c'est pour l'Irak et les crime nazi (au sens de la désinvolture

et de la brutalité des "boys" militaires américains sans culture), on

peut penser que cette dissimulation chronique fait partie du plan

global.

Quand c'est pour dissimuler les graves dysfonctionnement du système

libéraliste (j'ai mêmes des amis qui sont revenus des US avec une

espèce de joie interne, s'écriant "le libéralisme c'est La solution,

c'est toute une culture..."), et finalement dissimuler la très grande

pauvreté et souffrance vécue par les américains eux-mêmes en raison

du système social, ce n'est plus le fait d'un "p^lan d'ensemble" mais

plutôt d'un refus de voir les choses en face, un peu comme un réflex

publicitaire.

Soit c'est une forme de honte, soit une forme de cécité mentale

maladive, mais plus un plan organisé et voulu.

 commentaire