09/11/2007 5 min #12272

711

- switch entre différents systèmes de stats, en prise directe ou en mode de précalcul :
Les stats sont un système mnémonique dont la couche logicielle est comme équivalente au fonctionnement de la mémoire. Le logiciel peut s'approcher couche après couche en profondeur d'analyse vers ce qui est recherché. C'est beaucoup plus difficile qu'il n'y paraît en le disant car les couches profondes signifient qu'une très grande densité de données doit être accessible, or c'est là précisément qu'apparaît l'intérêt des couches mnémoniques, le but étant de ne pas faire défaillir le serveur.
Dans le cerveau aussi une telle tâche entraîne un blocage, qui renvoie vers une autre activité plus facile. Comme en politique d'ailleurs.

Au final des millions ou même des milliards d'informations sont disponibles, à l'état de pâte à modeler sans aucune valeur individuellement, et leur organisation progressive le confère du sens. Finalement les informations sont réparties selon diverses méthodes, qui chacune ayant été testée sans succès, gagnent absolument tout à fonctionner de concert, à condition évidemment que 01L, le langage interne, ou langage machine, bref ce sont les conventions logicielles, soit suffisamment souple et pratique.
Et aussi compréhensible par quelqu'un qui viendrait voir comment ça se passe par ici. Enfin au bout d'un certain temps.

- Quand on a décidé que les paramètres visuels utilisateur devaient être stockés tous faits dans une css, surtout en raison du fait que soit prévu une grande complexification de ce système (quand le besoin sera là), ça a créé des problèmes car l'écriture de ces css doit rester possible depuis l'utilisateur, et dans certaines manipes de basculement d'un hub à l'autre, donc avec des paramètres différents, parmi lesquels certains dans la base, d'autres dans des fichiers txt, et chacun ayant des mode de rafraîchissement différents selon la profondeur du cache auquel ils appartiennent, bah il est arrivé que la faille qu'il devait bien y avoir quelque part, surgisse. Résultat prévisible, des css déformés, voire assez cocasse à remettre en place, puisqu'il qu'il faut suivre une procédure ordonnée de rafraîchissement des caches.

En fait c'est php qui chipote je crois bien, le comportement de remplacement des sessions ne peut pas être simple, ça non c'est pas possible, soit le remplacement s'effectue s'il veut, soit il faut la détruire avant puis la refaire aussitôt, ce qui, à cause des circonstances annexes, peut constituer une perte de rendement.
Finalement un remède miracle a été trouvé, j'ai arrêté aussitôt que ça marchait, et on cherche encore pourquoi ça marche.
Et on a hâte de voir à quel moment ça ne marchera plus, car ce sera le premier indice qui mènera à la résolution de nos angoisses.

- Le transducteur a été repeint, plus commode encore et plus rapide, il faut toujours 2 étapes pour traduire le html en 01L (langage local) mais par contre le résultat est très standardisé quelles que soient les sources html. Leur code est ultra simplifié, avec un minimum de pertes, et les divers correcteurs font leur oeuvre.

- Dans le cadre de l'absorption par RSS, le rêve idéal est encore le OneShot, un seul clic pour tout faire, presque à portée de main, mais c'est plus intéressant encore d'utiliser la fonction getSource : même quitte à spécifier les définitions typiques rencontrées, c'est à dire où commence et où finit le texte à prendre, cette fonction commence à pouvoir pallier l'absence de RSS, surtout que rares sont les Rss qui envoient tout le contenu.
Le but est qu'il suffise d'entrer l'url pour que : - la page soit lue, comprise par découpage (repérer le titre, le corps du texte, les images), traduire le code, corriger les sauts de ligne, et sauvegarder dans la base, après avoir promptement demandé où ?

- Une petite transformation majeur dans le système, on a déplacé l'information sur l'auteur conjointement avec une autre, puisque cette case est peu appelée c'est pas grave, pour laisser de la place au précalcul de la longueur des articles, en nombre de caractères, de façon à pas mal soulager le serveur, qui n'a plus qu'à multiplier ce nombre par le ratio 1400, pour donner la durée de lecture estimée. (fonction originale made_in_me)

Cela a posé de nombreux problèmes évidemment, car certains articles exportés de hub à hub ne le sont plus entièrement depuis la version 709, mais seulement par des alias, par ailleurs très pratiques pour les articles système. Et donc pour compter leur longueur de caractère, il faut l'ouvrir, récursivement (ce qui était déjà au point pour le cas de multiples renvois), ce qui s'est avéré contradictoire avec le système de coupure des articles pour en extraire le chapeau automatiquement, qui marche mieux avec le code 01L qu'avec du html... C'était là tout l'intérêt au début, donc c'est un peu bête, et surtout c'est cela qui a rendu obligatoire de faire le précalcul de la longueur, pour prévenir la lourdeur des processus, et ne pas attendre d'avoir chargé toute la page pour ensuite mesurer sa longueur, et ensuite encore la traduire. En effet le système ne peut pas se défaire de sa tendance à la récursivité pour les autres usages, et donc est obligé de renvoyer le texte codé en html si on veut savoir combien de caractères il y a dans un article constitué seulement d'un alias vers un autre article.
Donc le seul défaut restant en fin de compte, n'est plus que le fait que la mesure de la longueur se fait, vous l'aurez compris, à partir du texte formaté en html, ce qui est un peu faussé, mais bon c'est pas grave.

C'est ça la topologie système.
Pourtant malgré la clarté du propos à chaque fois les gens restent dans l'irrésolu et ne comprennent pas l'importance de son étude... Ils n'ont jamais entendu parler de ce terme avant, ils ont le regard hagard, et encore plus quand je précise que j'en suis l'inventeur, ce que je tiens à dire, vu à quel point cette recherche fondamentale est une science à part entière, et vu à quel point cette science a de vastes connexions avec les autres, leur apportant une dimension paradigmatique.
 commentaire