22 min

Iv - L'histoire narrative et l'histoire comprise : Guy Môquet et le problème de la vérité historique

1 - Les mots de l'histoire

Vous savez que je m'adresse à ceux parmi vous qui sont nés entre 1970 et 1990. Aujourd'hui, je voudrais être lu par les plus jeunes seulement de votre génération, ceux qui viennent d'entrer dans leur dix-septième année, l'âge où Guy Môquet a été fusillé à la demande des troupes d'occupation allemandes de la France, dont le commandement avait eu la sinistre politesse des guerriers de demander au gouvernement de l'époque de lui apporter une liste de cinquante otages à passer par les armes à la suite de l'assassinat de l'un de leurs officiers sous les balles des francs tireurs - car tel était, à l'époque, le statut en droit international de la future résistance.

Sachez qu'il y a donc deux tiers de siècle déjà que vos aînés, soutenus par tous les gouvernements de la République, essaient de vous tromper sur les raisons de l'exécution sommaire et en violation des lois de la guerre - qui ne prévoient en aucun cas la responsabilité collective - des vingt-sept communistes fervents du groupe, dont tous les dirigeants alors en activité de la CGT. Mon vœu le plus cher est de protéger les Guy Môquet présents dans vos rangs de l'humiliation de se trouver trahis par des laudateurs intéressés à falsifier le passé de la nation. Je vous souhaite de monter en victimes irréprochables dans le ciel de la vérité de la France, je vous souhaite une vie posthume moins bafouée et trahie que celle du Guy Môquet dont les interprètes de son destin officiel essaient de déformer la mémoire. Sachez que les motifs des profanateurs de la dignité des morts sont demeurés les mêmes. Puissent les informations sacrilèges qui vont suivre vous aider à déjouer les pièges dans lesquels l'ignorance et la suffisance de vos aînés ont fait tomber un enfant né en 1924.

Sachez d'abord que la résistance n'est pas un statut reconnu par l'histoire vivante et vécue, mais un titre mérité à titre posthume et seulement en cas de défaite de l'adversaire par la force des armes . Votre première tâche d'apprentis-historiens sera donc de bien distinguer les vocables dont le statut est assuré et constant, d'une part, des termes flottants dont la science historique fait usage, au gré des circonstances, d'autre part . L'historien sérieux s'érige donc d'emblée en tribunal du vocabulaire de sa discipline. Car les résistants de l'époque étaient officiellement définis comme des terroristes, à l'instar des résistants palestiniens actuels de Cisjordanie et de Gaza, qui ne seront appelés des résistants que par les historiens futurs et seulement le jour où, par un verdict du destin, ils auront reconquis leur territoire. Mais si la science historique n'avait pas de tête et si elle devait attendre la victoire par la force pour rencontrer la vérité sur son chemin, vous perdriez votre temps à étudier une discipline sotte et vaine de naissance.

Votre seconde tâche de néophytes de la science du passé sera donc de vous procurer un instrument à mesurer la profondeur à laquelle chaque époque autorise Clio à descendre, parce que la vérité est un puits. Mais, par bonheur, le savoir le plus profond est toujours le plus éclairant, parce que lui seul rend cruellement intelligible l'objet de vos études ; et comme les mots de l'histoire changent sans cesse d'étage, vous êtes condamnés à descendre aux enfers par la nécessité même qui vous impose le devoir de clarifier le langage de vos prédécesseurs.

2 - Les faits et le sens

Apprenez donc que le 23 août 1939 , un certain Hitler, Adolf de son prénom, avait signé un pacte d'alliance étroit et chaleureux avec un certain Staline, Joseph. Ces deux tyrans régnaient alors, le premier sur l'empire allemand, qu'on appelait le IIIe Reich, le second sur l'empire russe, que personne n'osait encore appeler l'empire soviétique. Tous deux avaient dans l'esprit de s'emparer de la Pologne et de se partager paisiblement les dépouilles de cette nation amie de la France, dont la population s'élevait alors à trente cinq millions d'habitants .

Or, en ce temps reculés, les communistes du monde entier étaient dévoués corps et âme à Joseph Staline , dont la sainteté habilement construite l'avait fait baptiser " le petit père des peuples ", pour le motif qu'il avait réussi à mettre le prolétariat de toutes les nations de la terre à l'écoute de trois prophètes, Karl Marx, Engels et Lénine. De cette multitude pieuse de catéchètes, de missionnaires et d'apôtres d'une nouvelle religion du salut , il avait fait le fer de lance de l'ultime rédemption du monde.

Vous aurez donc à mesurer l'ignorance des peuples et à en étudier le poids dans l'histoire de la mémoire des nations, donc à en comprendre la nature siècle après siècle. Les enfants de chœur de la délivrance du genre humain n'entendaient nullement trahir leur patrie au profit des intérêts d'une puissance étrangère ; mais leur méconnaissance des fondements anthropologiques de l'histoire et de la politique était la même que celle d'aujourd'hui, puisqu'en ce début du XXIe siècle, vos parents ne disposent encore en rien d'une science de l'enfance de notre espèce et de la candeur cérébrale d'un animal tombé de son arbre dans le berceau de l'évangélisme il y a seulement deux mille ans environ. Mais alors, toute vraie science du passé exigera-t-elle de vous les compétences du psychologue et du philosophe ? Comme vous le savez, la philosophie est la science des secrets de l'ignorance depuis un certain Socrate - un politologue du quatrième siècle avant notre ère, qui disait que ce mal-là était la cause véritable de tous les malheurs des nations.

Mais quelle sera la balance dont le fléau indiquera le poids de l'ignorance sur le cadran de la sottise? Celle qui pèsera les entrailles du vocabulaire des théologies primitives sur ses plateaux. Pour cela, il vous faudra vous mettre à l'école de l'anthropologie critique encore à naître et que la postérité de Darwin attend depuis un siècle et demi. Mais sachez dès aujourd'hui que si vous deviez ignorer les dessous du vocabulaire sacré dont le principal mythe religieux de l'Occident s'est armé, vous ne disposeriez jamais du bagage qui seul vous permettra d'entrer dans la révolution intellectuelle de votre temps ; car votre siècle se demandera pourquoi l'encéphale du simianthrope se trouve scindé de naissance entre le monde réel et des mondes imaginaires, donc rêvés , qu'on appelle aussi des mondes oniriques, du mot grec onar qui signifie songe.

3 - La science historique et la connaissance anthropologique du genre humain

Le marxisme avait théorisé les Evangiles à nouveaux frais ; et il avait réussi à plier la religion des pauvres aux formes nouvelles de la guerre entre les riches et les démunis, qui remonte à la victoire de Périclès sur les patriciens d'Athènes. Aussi les communistes du temps de Guy Môquet ne faisaient-ils que perpétuer une interprétation cathartique du monde, née de la sanctification chrétienne de la misère publique , dont ils faisaient la rampe de lancement de leur thérapie des maux du genre humain sur la terre. Le père de Guy Môquet était un député du nouveau parti des mythologues d'une histoire messianisée, donc guérisseuse . Cet honnête cheminot avait été porté à la députation sur ordre du chef du parti des anges de l'époque. Ce noble Hippocrate du destin de la planète avait élevé son fils dans le culte de l'Eglise des nouveaux aristocrates de la rédemption. Mais vous qui avez l'âge de Guy Môquet, évitez de tomber dans les griffes des séraphins d'une histoire médicalisée; car les ailes des dévots de Karl Marx sont trempées dans les cuves de sang des mythes d'une délivrance universelle. Depuis lors, le clergé des nouveaux innocents aux mains pleines a assassiné plusieurs millions d'hérétiques dans les camps de concentration qu'on appelle aujourd'hui des goulags. Certes, l'existence de ces tonneaux ventrus de la mort était connue depuis 1936 ; mais la censure exercée par les théologiens des souterrains infernaux du paradis soviétique a empêché de les faire connaître au grand public avant la parution des ouvrages terrifiants de Soljenitsyne intitulés : La Roue rouge, L'Archipel du Goulag, Une journée d'Ivan Denissovitch , Le Pavillon des cancéreux.

En 2007, vous serez des Guy Môquet aux yeux ouverts sur les tombeaux du rêve, des connaisseurs de toutes les saint Barthélemy, des guerriers de la connaissance courageuse de la boîte osseuse biphasée des évadés de la zoologie, parce qu'à peine tombés du nid, vous aurez écouté les leçons des explorateurs des secrets de l'encéphale simiohumain. Il vous appartiendra de vous évader du Moyen-Age des sciences humaines d'aujourd'hui, il vous appartiendra d'inaugurer la seconde Renaissance des sacrilèges, celle qui révolutionnera la connaissance de patronage de l'espèce au cerveau dichotomisé à laquelle vous appartenez encore .

4 - L'histoire et le mythe

Sachez donc qu'entre 1939 et 1941, les communistes français étaient devenus sans le comprendre en rien et sans seulement s'en douter des traîtres pieux et pastoraux, donc des alliés livrés pieds et poings liés aux mains de Staline et de Hitler, parce que leur naïveté aussi dévote que généreuse leur interdisait d'étudier la logique qui commande l'histoire réelle du monde et de connaître les chaînes auxquelles il se trouve attaché . C'était la candeur de leur foi qui leur avait fait applaudir le dépeçage de la Pologne hérétique, puisque capitaliste dont Staline s'était approprié le territoire situé à l'est de la Vistule, dans la sainte intention de la convertir au nouveau débarquement du royaume des cieux sur la terre, et Hitler la partie qui s'étend à l'ouest de ce fleuve, afin de l'élever à la religion de la race des seigneurs. Aussi l'Etat français et la fraction de la classe politique encore attachée à la République et à la démocratie appelaient-elles les catéchètes du ciel de Karl Marx ou de la religion des héros, la cinquième colonne ; et c'était à ce titre que la plupart des députés communistes avaient été fichés par la police, dont le père de Guy Môquet.

Mais les patriotes français qui, dès la conclusion du pacte germano-soviétique, avaient mis sous surveillance les adeptes les plus influents des deux tyrans ne songeaient pas un instant que leur trahison, si pieuse qu'elle fût, survivrait à l'invasion de leur pays par les troupes allemandes et ne cesserait que le jour où ils auraient à défendre Staline contre Hitler, donc leur foi, non leur patrie. Aussi quand Hitler eut lancé toute son armée contre notre pays - c'était le 10 juin 1940 - quelle ne fut pas leur surprise de voir la nuée des mystiques post chrétiens de la politique persévérer à soutenir l'idole de leur religion, le futur libérateur universel de l'humanité et le nouveau messager d'une délivrance rendue aussi facile que définitive par l'assassinat général des riches. Le pacte Molotov-Ribbentrop demeurait donc une étape mystérieusement inévitable du salut de l'humanité, parce que théorisée d'avance par les prophètes du processus historique providentiel dont la grâce marxiste assurait la marche triomphale dans l'univers. De même que la saint Barthélemy ou l'Inquisition allaient conduire la planète à un avenir radieux, le pacte germano-soviétique était une étape de l'avènement du nouvel évangile qui terrasserait le démon du capitalisme.

Voyez comme les rédemptions se poussent du coude : la distribution des richesses à tout le monde exigeait qu'on prêtât la force des glaives à la parole des prophètes . Voyez également combien votre cerveau actuel se trouve d'ores et déjà mis à l'école et soumis à l'épreuve de la question de savoir à quelle profondeur la science historique a le droit d'accéder ; car si votre siècle se décide à pousser à hue et à dia les sciences humaines sur le chemin d'une anthropologie digne de ce nom, cette discipline devenue audacieuse vous contraindra d'acquérir une connaissance de votre espèce qu'aucune civilisation n'a jamais su conquérir. Comment se fait-il que le lobe onirique des évadés de la zoologie sécrète des mythes du salut et de la délivrance qu'il croit invincibles, alors que , dans le même temps, le lobe réaliste sait fort bien qu'il faudra mettre la main à la pâte pour que le ciel consente à apporter son secours à ses dévots les plus énergiques? Pourquoi Staline, Hitler et d'autres , réussissent-ils à unifier le fer et le verbe en leur personne? Pourquoi le simianthrope se prosterne-t-il devant des incarnations sonores du salut du monde ? Une anthropologie qui ne se pose pas une question aussi centrale attend de vous que vous l'éleviez au rang d'une science digne de ce nom ; car, pour l'instant, vous demeurez plongés dans le Moyen-Age de la connaissance du cerveau bipolaire de l'humanité ; et votre science historique est une infirme réduite à ne flairer que la surface des choses. La vraie truffe de Clio vous initiera à l'odeur des charniers .

5 - Encore le débarquement du sacré dans l'histoire

Le 22 juin 1941, l'Allemagne rompait le pacte Molotov-Ribbentrop, signé le 23 août 1939 et s'attaquait à la Russie avec toutes ses divisions d'infanterie et une vingtaine de divisions dites " blindées ", les Panzerdivisionen. Une stratégie entièrement nouvelle, celle du Blitzkrieg - la guerre-éclair - fondée sur l'encerclement rapide de l'ennemi par des chars motorisés et armés d'un canon - des tanks - avait été inaugurée en Pologne et en France . A cet art nouveau de la guerre s'ajoutaient deux innovations majeures destinées à vaincre les nœuds de résistance locaux, une aviation de chasse terrorisante, capable d'attaquer en piqué , les Stukas, et des phalanges macédoniennes devenues des troupes de choc, composées des guerriers les plus violents et les plus furieux , mais aussi les plus disciplinés et les plus unis. La langue de Siegfried a converti le vocabulaire de la guerre à la litote : l'armée allemande s'appelait " la force défensive ", la Wehrmacht , et les soldats au lance-flammes, "l'échelon de protection ", la Schutzstaffel, les SS.

Ces révolutions radicales de la guerre de mouvement allaient conduire en six semaines à la capture de corps d'armées soviétiques composés de fantassins désemparés, d'une abondante cavalerie conçue sur le modèle de la guerre de 1870 et des canons montés sur roues hérités de la première guerre mondiale. Mais le grenier à blé de l'Ukraine n'avait été conquis que partiellement. L'hiver russe sera tragique pour la nouvelle artillerie mécanisée. Le peuple allemand gronde et s'indigne d'avoir à expédier de toute urgence des couvertures à une armée dont les moteurs des tanks gèlent pendant la nuit et ne repartent le matin qu'après deux heures d'efforts.

Naturellement, dès le mois de juin, l'icône russe avait ordonné au parti communiste français de changer son fusil d'épaule et d'adopter une " stratégie de la liberté ", donc d'entrer en résistance contre l'occupant allemand. Pourquoi, depuis lors, ni ce qui reste du parti du processus historique du salut depuis l'effondrement de la théologie soviétique de l'histoire, ni le parti exsangue de Jaurès et de Léon Blum, qui est tombé dans la trappe du temporel et qui se cherche désespérément un programme et un chef, n'ont-ils admis la prééminence politique des identités nationales sur l'identité sociale élevée à une mystique des " damnés de la terre " ?

Voyez à nouveau la nécessité de la tâche à laquelle votre génération aura à faire face : la science historique moderne n'a plus de méthode proportionnée à son objet si elle ne conquiert une profondeur de vues qui échappait nécessairement aux Thucydide et aux Tacite, mais aussi à Voltaire , parce qu'il faut avoir lu L'origine des espèces de Darwin avec des yeux post freudiens pour peser les mystiques dont l'encéphale simiohumain est la proie. Si vous n'étudiez pas en anthropologues d'avant-garde l'esprit messianique qui inspire la politique de l'espèce humaine et que les religions du salut incarnent depuis deux mille ans, vous entrerez dans le XXIe siècle en aveugles. Voyez comme la loi des éducateurs de 1905 a bien pu prononcer le divorce de la catéchèse de l'Eglise d'avec celle, toute civique, de l'Etat laïc, elle n'a pu que rouvrir toutes grandes les vannes du mythe du salut par la foi. Si les cultes avaient été compris et réfutés plutôt qu'oubliés ou passés sous silence avec un haussement d'épaules, 1917 n'aurait pas fait débarquer un évangélisme armé jusqu'aux dents dans un monde tout ahuri par le retour jugé incompréhensible du sacré dans le temporel . Car le christianisme du premier siècle après Jésus-Christ, était pleinement marxiste. Lui aussi fondait la vérité religieuse sur le partage de tous les biens, utopie dont les Evangiles prétendent qu'elle a duré plusieurs années et que Thomas More réhabilitera en 1518 avec quatre siècles d'avance sur le communisme.

6 - Le "mur de Berlin" de l'histoire

Apprenez que le terme théologique de sotériologie, renvoie à un mot grec qui signifie salut et rédemption ; apprenez que les religions de la délivrance par la grâce d'un souverain mythologique installé dans le ciel ont le choix entre deux formes de suicide nécessairement inscrites dans la définition même de la politique simiohumaine , celui de domestiquer le rêve explosif qui les arrache à la terre - comme les Eglises le tentent en vain depuis vingt siècles - et celui de leur redonner leurs ailes trempées dans le sang des hérétiques, ce qui conduit l'histoire d'une espèce cérébralement dichotomisée à buter sur une longue succession de " murs de Berlin" biphasés à leur tour, donc à la fois réels et symboliques.

La chute du paganisme sous le joug du salut par la croix, puis de l'Eglise du Moyen-Age sous le joug de la science copernicienne, puis de la royauté de 1789 sous le joug du capitalisme, puis de l'orthodoxie stalinienne de 1989 sous le joug de la mondialisation sauvage de l'économie, autant de " murs de Berlin". Les Guy Môquet du Moyen-Age actuel ignorent que le simianthrope ne s'élève dans les airs que pour retomber dans ses chaînes. Je vous ai déjà dit que les communistes de 1939 à 1941 n'étaient pas des traîtres banals, , mais des traîtres au cœur sur la main, des traîtres auréolés par leur innocence, des traîtres séraphiques, des saints anoblis par leur trahison.

Guy Môquet écrivait , en mystique du salut :

Les traîtres de notre pays,

Ces agents du capitalisme

Nous les chasserons hors d'ici

Pour instaurer le socialisme.

(…)

Ils se sont sacrifiés pour nous

Par leur action libératrice."

Mais vous, ne devenez pas des innocents aux mains pleines. Votre siècle aura besoin de connaisseurs avertis des lois de ce monde, de vrais guerriers de l'esprit et de vrais défenseurs de la justice. Alors vous saurez que les Etats légitimes de demain reposeront sur deux piliers de leur foi, le culte de l'équité sociale et le culte de la nation. Ces deux pains du salut ne seront ni les produits de consommation d'une église, ni la nourriture d'une école, mais les fruits des guerriers d'une intelligence de feu ; car la justice sociale toute seule n'a pas de tête et la nation toute seule n'a pas de cœur.

Si vous n'appreniez les secrets anthropologiques des sacerdoces de la délivrance, alors que l'Europe est devenue l'otage de ses libérateurs de 1945, comment comprendriez-vous que si Staline avait gagné la guerre, les armées européennes se trouveraient actuellement placées sous le commandement d'un général russe, et que si elles se trouvent maintenant enfermées à double tour dans la geôle de l'OTAN, qui est commandée par un général américain depuis soixante ans, c'est parce que les nouveaux anges du salut sont devenus américains. La prison de l'Europe vassalisée n'est-elle pas aussi sacralisée, sotériologisée, eschatologisée par le messianisme du Nouveau Monde que la doctrine marxiste de la rédemption et de la délivrance par la mort des riches ? Remplacerez-vous seulement par des Guy Môquet aux mains jointes devant ses maîtres d'outre-Atlantique les Guy Môquet agenouillés devant Staline?

7 - L'Europe et la mondialisation du régime de Vichy

Il y avait trois sortes de cerveaux à Vichy : quelques défenseurs avoués de l'Allemagne nazie, de nombreux apôtres de l'alliance indéfectible du capitalisme et du catholicisme, des patriotes effarés par le triomphe du stalinisme français, dont l'évangile mondialisé par l'Internationale avait égaré par deux fois la jeunesse candide de la République, une première fois en lui faisant saluer la victoire militaire conjointe des troupes nazies et des troupes soviétiques sur une Pologne livrée à l'obscurantisme religieux et aux grands propriétaires terriens, une seconde fois à la suite de la victoire des armées du Führer sur la France des marchands et des profiteurs.

Il faut que vous sachiez que, dans les souffrances et les épreuves de leur patrie terrestre, les esprits religieux donnent toujours la préférence à leurs intérêts célestes et qu'ils les défendent au détriment de leur devoir à l'égard de leur pays : les protestants français se sont rangés du côté de l'Angleterre au siège de La Rochelle, les catholiques français du côté de Rome tout au long de la crise gallicane, puis à la suite de la loi de 1905 sur la séparation du surnaturel et de l'Etat.

Quels étaient les sentiments de Pucheu, le grand sacrificateur et le ministre de l'intérieur du gouvernement de Vichy, qui a fait mettre de sang froid un enfant sur une liste de martyrs chevronnés de leur église et d'hosties de leur rêve? Il s'agissait de l'Administrateur des fonderies de Pont-à-Mousson, des aciéries de Micheville, du fondateur du Cartel international de l'acier. Ce membre éminent de ce qu'on appelait le Comité des forges représentait la haute bourgeoisie des patriotes capitalistes et chrétiens qui, à la suite de la victoire de Hitler sur le IIIe République, accusaient le Front populaire d'avoir conduit la nation au désastre militaire. Aussi Pucheu ne faisait-ils qu'appliquer la politique des signataires des accords de Munich, Edouard Daladier et Neville Chamberlain. Parmi les fusillés de marque figuraient la plupart des chefs syndicalistes staliniens de l'époque : Charles Michels, secrétaire général des cuirs et peaux CGT , Jean-Pierre Timbaud, dirigeant de la métallurgie CGT , Jean Poulmarch, dirigeant du syndicat des produits chimiques CGT , Jules Vercruysses, dirigeant du textile CGT , Désiré Granet, dirigeant du papier-carton CGT , Jean Grandel, secrétaire de la fédération postale CGT...

Mais il y avait également à Vichy des patriotes qui rêvaient du retour de la France à la monarchie, dont le théoricien, Charles Maurras, était membre de l'Académie française et écrivain renommé - on lui devait une étonnante étude sur Georges Sand et Musset et un essai célèbre L'Avenir de l'intelligence. Alliés aux démocrates humiliés par la défaite militaire de la France, les royalistes accusaient les communistes, les juifs et les parlementaires inertes de la IIIe République rien moins que d'intelligence avec l'ennemi. Le gouvernement de Vichy citera des Présidents du conseil de la IIIe République, Léon Blum, Edouard Daladier, Paul Reynaud , ainsi que le général en chef des armées française, le vaincu de 1940, le Général Gamelin à la barre du tribunal de Riom sous l'inculpation de haute trahison. L'assemblée nationale a cru sauver la patrie en remettant à une majorité écrasante une République naufragée entre les mains du Maréchal Pétain, le plus glorieux des Français de l'époque, le héros de la bataille de Verdun - lui aussi de l'Académie française où une ironie de sort avait voulu qu'il fût reçu par le successeur l'Anatole France, Paul Valéry.

Naturellement, l'Allemagne avait rapidement mis un terme à cette contestation judiciaire d'une victoire légitimée par la force des armes. Depuis Jules César , les conquérants se déclarent des civilisateurs. Ce n'était pas encore le cas au siècle des guerres puniques . Tite-Live raconte que le général Gracchus avait commencé le siège de Certima, ville des Celtibères , lorsque les habitants lui envoyèrent une députation. Après avoir demandé à boire , ce qui leur avait été aussitôt accordé, puis une seconde fois, ce qui avait déclenché l'hilarité des Romains, le plus âgé d'entre eux avait dit : " Nous venons vous demander quel motif a pu vous inspirer la prétention de nous attaquer. " Gracchus leur répondit avec candeur qu'il se fiait à l'excellence de son armée et que s'ils voulaient vérifier sa valeur, ils était disposé à leur en donner des preuves ; et il ordonna de mettre l'infanterie et la cavalerie sous les armes et de leur faire exécuter des manœuvres . Après ces éloquents exercices , il congédia la députation. (Tite-Live, L. 40, chap.37) L'Allemagne de Hitler était revenue au temps de Scipion l'Africain.

8 - L'Europe de Riom

Soixante-dix ans après la victoire américaine, la bourgeoisie européenne et la gauche gardent le silence sur les camps de concentration de Guantanamo et sur les tortures des prisonniers dans les geôles de la CIA . Pourquoi l'Europe entière de Vichy se range-t-elle du côté de l'occupant d'une Europe des vassaux? Pourquoi l'Allemagne est-elle encore occupée par quatre-vingt dix-huit gigantesque garnisons américaines ? Pourquoi la France des collabos de votre génération feint-elle de sceller une alliance tout onirique avec les pays du pourtour de la Méditerranée afin, prétend-elle, de fonder une Eurafrique qui redeviendrait maîtresse du Mare Nostrum des Romains, alors que Paris se tait sur la présence d'un gigantesque porte-avions américain en Méditerranée, qui s'appelle l'Italie ? Pourquoi Naples est-elle devenue pour toujours une base navale de la flotte de guerre des Etats-Unis ? Pourquoi le spectacle du Vieux Monde asservi laisse-t-il la France bourgeoise et la France de la gauche d'aujourd'hui aussi silencieuses que celle des complices Staline et de Hitler ? Pourquoi le capital et l'autel se rangent-ils toujours du côté du vainqueur du moment , sinon parce que les innocents aux mains pleines n'ont pas forgé le glaive de la pensée qui redonnerait à la France l'avance intellectuelle que le siècle des Lumières avait prise sur le reste du monde ? Ne soyez pas les jouets du singe semi pensant de votre temps, mais devenez les yeux d'Ezéchiel de l'humanité.

Quel est l'avenir mondial de la Résistance ? Quand un Guy Môquet de quatre-vingt deux ans, prix Nobel de la paix et ancien Président des Etats-Unis , un certain Jimmy Carter , crie à la face du monde que la résistance actuelle du peuple palestinien à l'oppression et à l'occupation israéliennes détient la légitimité politique d'aujourd'hui et de demain et que les nouveaux nazis de notre temps se trouvent en Cisjordanie , quand la France des nouveaux vichystes ferme les yeux sur la domestication de l'Europe entière en livrée, soyez fiers de votre vocation de précurseurs d'une révolution mondiale de l'intelligence politique.

Le 30 octobre 2007

perso.orange.fr