20 min

Iii - La Constitution de la Vème République et la vocation morale de la France

1 - La vie spirituelle de la France

Vous aurez à peser la densité " spirituelle " du chef de l'Etat ; car le " spirituel " aura trouvé un sens moderne et des couleurs neuves avant même que votre génération soit entrée dans l'âge adulte . Mais comment donnerez-vous un destin " spirituel " à la France et à l'Europe de la pensée rationnelle si vous n'avez pas appris que le " spirituel " n'est jamais le produit de consommation d'une Eglise ou le pain d'une école, mais le fruit de la quête d'une raison de feu? Or, M. Sarkozy vous dit : " Ces connards, on se fait chier à se les gaufrer toute l'année, vous êtes dans le temporel, il faut mettre du spirituel, du spirituel, ces enculés ! Et maintenant ils veulent pas chiffrer, putain ! " * Apprenez à peser la vie " spirituelle

Prenez le plus ordurier des valets du "spirituel ", M. Bernard Kouchner, et écoutez-le chanter dans l'abside que l'heure de la guerre sainte contre l'Iran est tragiquement proche et que ce désastre sera salvateur, parce que les catastrophes bibliques sont programmées par le fatalité du Mal; écoutez-le s'apitoyer sur l'inévitable égorgement de la victime sur l'autel de la Liberté; écoutez-le psalmodier les bénédictions de la démocratie prophétique: on négociera dévotement, dit-il, et " jusqu'au bout ", on négociera le bréviaire dans la main, on négociera si pieusement qu'on fera à la Perse la grâce de l'exécuter embaumée de psaumes et de litanies.

Voyez comme la " spiritualité " de M. Kouchner mime d'instinct le singe génocidaire dont les parfums d'encens montent du propitiatoire du Déluge. Mais la pierre précieuse que vous avez appris à placer sous la lentille du microscope du " spirituel " et dont votre nouvelle intelligence politique a armé votre globe oculaire n'est autre que la charité. Comme elle sue le sang, la charité de l'idole ! Que vaut ce joyau ? Vous savez maintenant que, selon ses propres dires, l'idole de M. Kouchner a déclenché le Déluge, mais les mains jointes et en dernier ressort - elle avait encore un corps à l'époque et ses mains, dit l'Ecriture, étaient pareilles à des battoirs. M. Kouchner connaît tous les artifices de la sainteté : lui aussi ne tuera qu'en désespoir de cause, lui aussi a le cœur sur la main et l'humanitaire gonfle sa besace.

Observez la charité prise dans les griffes du joaillier de la mort, voyez comme le chaton brille à son doigt : son prêtre joue les miséricordieux, lui aussi , son mime enveloppe, lui aussi, sa foudre des atours de sa grâce. M. Bernard Kouchner est le lévite du Tartuffe du ciel . Voyez comme cet officiant de la démocratie éclaire l'âme sacerdotale du monde d'aujourd'hui ! Votre microscope électronique du sacré vous fera constater qu'un diablotin habile à cracher les carnages du souverain du Déluge aura beau s'égosiller auprès de l'Hercule du cosmos dont il s'applique à singer l'apocalypse: plus il crie à la face du monde que sa foi est glorieuse, plus il apparaît sous les traits du valet de pied du monstre au couteau entre les dents qu'il a colloqué dans le ciel et qui n'est autre que lui-même. Votre initiation au " spirituel " passe par la psychanalyse de la politique que Freud a manquée. Voyez comme l'idolâtre s'imagine que son souverain de la foudre sera flatté par sa servilité et qu'il récompensera son esclave à l'élever au rang et à la dignité de l'ardente valetaille de ses liturgistes.

2 - La France de l'esprit

Dites-vous bien que vous ne deviendrez jamais des politologues du " spirituel " si vous n'apprenez à filmer le simianthrope réfléchi dans le miroir de ses idoles . Ecoutez M. Nicolas Sarkozy apostropher saintement la Russie, écoutez ce connaisseur des ressources théologique de la démocratie rappeler du haut de sa chaire - et de surcroît, à partir d'une capitale étrangère, celle de la Bulgarie - qu'il appartient à l'empire des Tsars de respecter les saints devoirs d'une grande puissance, écoutez-le tutoyer son hôte au culot, écoutez-le persévérer dans le tutoiement culotté quand bien même son interlocuteur se garde d'entrer dans ce jeu vaticanesque et vous vous demanderez s'il ne se dirait pas , comme Cécilia **, qu'il a besoin de s'engager, parce qu'il a besoin avant tout de se prouver à lui-même qu'il est capable d'agir sur le théâtre du monde . Dans ce cas, il s'imaginerait, comme elle, que c'est le Stradivarius qui fait le violoniste ***.

Mais comment cet examen ne vous conduirait-il pas aussitôt à la spectrographie anthropologique des théologies ? Car Cécilia écrit que la France mérite le Stradivarius Sarkozy et Sarkozy le Stradivarius qui s'appelle la France. Que vaut ce violoniste ? Connaît-il la musique comme Cécilia le dossier libyen qu'elle n'a lu que dans l'avion pour Tripoli? Vous remarquerez que le soliste Sarkozy n'a pas lu la partition et que son violon n'est pas le sien. Il ne porte fièrement que la passementerie que son chef d'orchestre d'outre-Atlantique lui a demandé d'afficher. Le laisserez-vous humilier la France de Descartes à se couvrir des chamarrures d'une magistrature du Déluge ? Vous voudriez écouter un Stradivarius dont les cordes vous feraient entendre l'Aigle de Meaux admonester le tortionnaire de Guantanamo et d'Abou Ghraib, vous voudriez écouter un saint Ambroise des droits de l'homme apostropher la divinité qui bloque les côtes de Cuba et attaque la population de cette île depuis quatre décennies. Les sanctions économiques de Dieu à l'égard de l'Irak à la suite de la première guerre du Golfe n'ont-elles pas fait plusieurs centaines de milliers de victimes? Vous vous dites qu'un chef d'Etat adoubé par un fauve du ciel fait de la France le Tartuffe de la sainteté planétaire des démocraties. Vous serez la génération des retrouvailles de la civilisation européenne avec la balance du "spirituel" dont la mèche s'allume dans l'arène des gladiateurs de l'intelligence. Le païen qui vous aura dit : " La solidarité ? C'est quoi ce thème à la con ? La solidarité, ça ne veut rien dire " *

Aussi votre vocation de politologues des idoles vous appelle-t-elle à fréquenter d'autres chemins que ceux de la pensée désarmée des modernes; car il vous appartiendra d'observer les masques sacrés que la mondialisation de la terreur se colle sur la figure et d'armer votre siècle d'un observatoire de la conque sommitale des païens d'aujourd'hui; et, pour cela, il vous faudra scanner l'encéphale de l'idole que sa myopie a condamnée , disent les Ecritures, à se repentir d'avoir si stupidement déclenché le Déluge aussi inutile que cruel dont ses émules, M. Nicolas Sarkozy et M. Bernard Kouchner ont retrouvé d'instinct le modèle. Décidément, le potentat aveugle de la Genèse détient la clé de la politologie qu'appelle la pesée anthropologique du mythe nucléaire .

3 - Les Tartuffe de l'atome

Nous savons maintenant qu'un Président de la République ne sera pas un vrai chef d'Etat s'il n'a pas pris connaissance du fonctionnement semi angélique du cerveau schizoïde du simianthrope ; nous savons maintenant que, dans ce cas, sa boîte osseuse remontera à l'âge de la chasse au salut par l'apocalypse; nous savons maintenant que, dans ce cas, ce pilote ne tiendra pas la barre du navire qu'il aura pourtant mission de faire naviguer entre les écueils de la théologie des démocraties de l'atome, parce que la politique réelle ne saurait se réduire à un gigantesque partage du pétrole rédempteur entre les seuls Etats en mesure de participer à la traque internationale de ce gibier. Mais comment empêcherez-vous les Etats-Unis et Israël de se présenter en chefs d'orchestre des démocraties de l'or noir? Comment empêcherez-vous les catéchètes du nucléaire de se livrer à une curée mondiale de cette marchandise? Comment réarmerez-vous la dialectique de Socrate, surnommé la Torpille, qui vous enseignerait à y voir un opéra-bouffe ? L'histoire sanglante de l'univers sera-t-elle racontée aux enfants des écoles comme une gigantesque papauté de Tartuffes de l'atome?

Afin de conjurer ces dangers, ne vous contentez pas de scanner l'encéphale d'une multitude de chimpanzés dont la boîte osseuse se trouve si malencontreusement dédoublée que la moitié se couronne des banderolles de la Liberté, de la Justice et du Droit, tandis que l'autre moitié conduit le catafalque du genre humain sous la terre. Le crâne de cet animal dichotomisé de naissance sert seulement de tiare à des malheureux chargés de porter les habits de théâtre de leur souverain . Votre génération aura le privilège de calculer le préjudice subi par les cambrioleurs de l'absolu. Vous les priverez des ailes de séraphins dont la chasse au pétrole des démocraties assure les pieux bénéfices . Mais ne croyez pas si vite que la politique moderne se réduise à l'art de balancer les ostensoirs de la liberté devant les offertoires des nantis de la démocratie. Si l'intelligence profonde du monde d'aujourd'hui était bel et bien celle-là , comment les juristes de l'art. 67 de la Constitution française pèseraient-ils l'âme et le cerveau de M. Nicolas Sarkozy sur la balance des rapines dévotieuses ?

N'imaginez pas un instant que la Russie de Dostoïevski , la Chine du Tao, l'Inde de Gandhi, l'Amérique des théologiens de la Libération et même l'Afrique des sorciers salueront les bénitiers d'or des bénisseurs d'une politique internationale de l'énergie. Certes, la parité nucléaire entre l'Iran et Israël rendrait plus impossible encore le déclenchement d'opérations militaires saintement conjointes des Etats-Unis et de l'Europe pour l'occupation des puits de pétrole du Moyen Orient. Mais malgré les bruits de botte les plus pieux de ces derniers mois, vous remarquerez que cette option est d'ores et déjà enterrée. M. Poutine vient de remettre à l'heure la pendule déréglée de M. Sarkozy. Et pourtant, la génération actuelle ne dispose pas encore de la documentation anthropologique sur le " spirituel " tel que le chef de l'Etat l'entend et qui vous permettra d'élaborer une politologie fondée sur une connaissance critique de l'imagination mythologique du simianthrope vassalisé ; car, pour cela, il vous faudra reconvertir tout le vocabulaire sacerdotal de l'Occident à la problématique de l'anthropologie critique de demain. Alors seulement, vingt siècles de sacrifice aveugles des simianthropes à leurs idoles ne seront pas perdus pour les spéléologues du "Connais-toi" .

- L'empire américain s'est déjà effondré... " Interview par l'Ambassade d'Iran le 17 mars 2007 , mise en ligne: 5 juin 2007 + ajout du 19 septembre 2007

- Nicolas Sarkozy , Bernard Kouchner et l'anthropologie critique du tartuffisme , 27 septembre 2007

- Le savoir et l'action. L'Europe vassalisée face à l'Iran révolté, ler septembre 2005

Pour l'instant, dites-vous bien que la myopie des faux dévots - ils entendent cacher l'histoire des Tartuffes de la démocratie sous le boisseau de l'économie mondiale - évacue purement et simplement toute connaissance réelle du monde du champ de la politologie contemporaine, parce qu'il est immanquable que la légitimation de l'immoralité des démocraties du pétrole sera le prix à payer pour le rétrécissement de la rétine des chefs d'Etat d'aujourd'hui. C'est que la compétition entre des puissances inégales politiquement et militairement, donc rivales dans la conquête de l'or noir, n'efface en rien, mais aggrave spectaculairement l'inégalité de leurs poids respectifs sur la scène internationale. Je vous convie donc à observer combien l'auto vassalisation des nations moyennes, dont la France, devient plus criante à l'école même de la surenchère qui les fait gesticuler vertueusement aux côtés de leur maître .

4 - La balance à peser les distances

Qu'est-ce donc que l'esprit ? Qu'en sera-t-il de l'esprit des inspirateurs et des prophètes de la vocation civilisatrice des constitutionnalistes de demain ? Dans le cas où M. Nicolas Sarkozy ne disposerait pas des lunettes de la France, vous serez les incendiaires dont la science de l'esprit lapidera la statue de Bel . Vous suivrez Daniel dans les souterrains de la bombe thermonucléaire ; vous observez la cendre que le prophète a semée ; vous relèverez la trace des pas des prêtres qui apportent de nuit à l'idole les aliments qu'elle sera censée avoir consommés le matin et vous connaîtrez la statue de Bel devant laquelle les modernes s'agenouillent .

Apprenez donc à construire la balance à peser la déraison des idolâtres d'aujourd'hui. Son fléau vous indiquera l'éloignement que votre esprit sera capable de prendre à l'égard des dieux des singes. La distance la plus courte sera celle de l'intelligence du simianthrope dont le regard ne portera que sur quelques arpents et dont la logique et l'éthique circonscriront une étroite canonnade . Dans ce cas, votre globe oculaire demeurera inapte à réfléchir la seconde mise à distance de l'idole et de sa foudre , celle à laquelle un cerveau moyen est déjà capable d'accéder et qu'illustre M. Jacques Chirac, par exemple, qui allait jusqu'à déclarer que l'arme atomique iranienne serait pulvérisée quelques secondes après son lancement - le " vrai danger ", dit-il, serait seulement celui de la prolifération d'une arme "inacceptable" entre d'autres mains que celles des huit saints de l'atome , dont les USA.

Mais même cette balance-là ne vous permettra pas encore de vous demander pourquoi l'Iran enverrait une bombe mythologique sur un Etat armé des foudres d'une apocalypse non moins onirique que la sienne, donc non opérationnelle sur un champ de bataille réel , ni de quelles possibilités les huit têtes du Bel actuel disposent pour interdire à leur idole cérébrale de se propager bêtement dans le vide de l'immensité. La troisième distance permettra au fléau de votre balance d'observer l'encéphale actuel du simianthrope ; car cette espèce inachevée ignore encore que l'arme thermonucléaire n'est pas militaire, mais calquée sur l'idole du Déluge. La quatrième distance de votre esprit vous conduira à radiographier l'animal onirique plus avant.

- EXISTE-T-IL UNE ETHIQUE DE L'HISTOIRE ? Lettres à la génération de demain IV - Quel est le contenu de souveraineté du peuple français ? 13 septembre 2007

5 - L'article 67 de la Constitution et le combat pour la civilisation

Suétone s'indignait pieusement de ce que Jules César ne croyait pas aux dieux de Rome ou d'ailleurs - jamais ce conquérant impie, écrit-il, n'a respecté la tradition sacrée et vieille de plusieurs siècles des Romains non seulement de supplier leurs idoles à l'heure de la bataille, mais de consacrer plusieurs jours à la prière avant de déclarer une guerre " au nom du Sénat et du peuple romain ", afin de s'assurer que l'Olympe récompensera par une victoire bien méritée la sainteté à nouveau démontrée du peuple de la Louve.

Je vous convie à observer un instant la balance à peser les deux types de despotes et d'esclaves que l'histoire a copiée sur l'idole de la Genèse. Les premiers vassaux règnent sans partage sur leur peuple , mais s'agenouillent humblement devant le souverain du monde auxquels ils font allégeance ; les seconds ne se prosternent devant aucune doublure terrestre ou céleste de leur puissance d'ici-bas. Les pays de l'Est ont donné pendant un demi siècle des exemples frappants de ces deux espèces: Ceaucescu n'était qu'un domestique craintif de Moscou, tandis que Tito a tenu tête à Staline . Si M. Nicolas Sarkozy avait l'intention de paraître incarner la " vie spirituelle " d'un peuple français agenouillé devant un souverain étranger et s'il tentait, à cette fin, de jeter au feu le sceptre fatigué des représentants élus de la nation, la France de votre génération acceptera-t-elle de se trouver dirigée par le chef d'orchestre d'une démocratie à la tête coupée? Accepterez-vous le règne d'un Président dont la démagogie ruinerait la souveraineté cérébrale que la nation de la pensée avait conquise depuis le siècle des Lumières?

Vous vous trouvez à la croisée des chemins: pour la première fois depuis le XVIII siècle des Lumières, le destin de la politique et celui de la raison ont pris rendez-vous sur le champ de bataille de l'histoire du monde. D'un côté , Israël et les Etats-Unis entendent faire triompher leur politique planétaire du dollar et du pétrole . De l'autre, une Europe vassalisée au profit de l'alliance mondiale de la politique avec le veau d'or cherche dans les décombres de sa raison le " feu spirituel " de l'intelligence véritable, celle des grands visionnaires du cerveau des idoles .

Et voici que cette gigantomachie se trouve contrainte de déplacer vers l'Iran le théâtre de la guerre, celle que le monde civilisé menait pour la défense du peuple palestinien et pour la dignité du monde arabe, parce que l'idole dont l'encéphale recopie celui des fuyards de la zoologie a révélé sa connivence avec l'arme thermonucléaire. Comment se fait-il que le cerveau du dieu du Déluge ait débarqué dans le décryptage anthropologique de la politique de l'atome de telle sorte que la politologie mondiale des modernes ne pourra plus se passer de radiographier les deux encéphales paradigmatiques de M. Sarkozy et de M. Kouchner, tellement ces spécimens figureront un jour dans le musée des fossiles de l'évolution cérébrale du simianthrope bipolaire?

La guerre qui vous attend sera celle qui, au plus profond de votre esprit, vous interroge d'ores et déjà sur la nature de la raison semi animale de l'humanité actuelle. Avec quels yeux les prophètes d'Israël regardaient-ils les idoles de leur temps se réfléchir sur l'écran géant de leur génie? Quel rendez-vous leur intelligence visionnaire avait-elle pris avec le singe pensant d'il y a vingt-huit siècles seulement, sinon celui que votre regard prendra avec les Tartuffes de la démocratie mondiale ? Ouvrez vos yeux d'Isaïe et vous verrez les faux dévots qui peuplent la maison d'Orgon de la Liberté, de l'Egalité et de la Justice, ouvrez vos yeux d'Ezéchiel, et vous les verrez joindre les mains pour la prière , ouvrez vos yeux de Daniel et vous les verrez demander au peuple de respecter l'égalité sainte au sein de l'Eglise des droits de l'homme. Mais vous, vous saurez que l'hypocrisie n'est jamais que le prématuré aveugle et muet du tartuffisme et que les faux dévots de la démocratie écrasent du pied l'hostie de la justice. Où est le " prince ennemi de la fraude " qu'évoquait Molière ? Où est l'avenir du "Connais-toi" ? Ne faites pas de la démocratie un roi couvert de pierreries, n'installez pas les Tartuffes de la Liberté sur le trône d'or des dévots du pétrole. Le monde entier attend de votre génie un regard sur les prophètes.

6 - Le réalisme politique moderne

Si vous ne voulez pas d'une France agenouillée devant la statue de Bel d'aujourd'hui, si vous ne voulez pas d'un Président de la République qui ferait de votre patrie le serf d'un empire étranger, vous vous souviendrez de ce que l'une des promesses de votre futur droit public sera de féconder une anthropologie critique dont le télescope observera à nouveaux frais le civisme très ancien dont le regard portait sur le luxe et la bonne chère. Tous les historiens de la Grèce et de Rome ont souligné le lien étroit que les panses bien remplies entretiennent avec le naufrage politique des cités. La science du droit constitutionnel dont votre génération armera les vrais chefs d'Etats se demandera si la capacité de conquérir l'élévation d'esprit qui, disait Platon, caractérise les intelligences supérieures et leur permet d'observer de haut les peuples et les nations, si ce recul souverain, dis-je, est accessible à des hommes d'Etat enfantins, narcissiques, cruels et jouisseurs.

L'étude du luxe et des franches ripailles auxquelles le Président actuel de la République est livré vous aidera à prononcer un jugement politique fondé sur un diagnostic assuré. Vous vous demanderez quelle est la hauteur de vues d'un triomphateur qui aura solennisé sa victoire dans l'arène de l'histoire de la France par un somptueux festin, qui se sera affiché en fêtard aux côtés des plus riches de ses amis dans le restaurant le plus coûteux de sa capitale, qui sera allé danser dans une boîte de nuit à la mode, qui se sera couronné du diadème de la démocratie à passer une nuit dans le palace le plus pharaonique de sa capitale, qui se sera offert une croisière sur le navire de plaisance du plus opulent des Crésus que compte son Etat. S'agit-il d'un arriviste, d'un parvenu, d'un jouisseur, d'un paltoquet?

Yasmina Reza, sa première mémorialiste, dont on sait qu'elle a lu Tacite, Suétone et les philosophes avec les yeux de Pétrone , vous fournit le portrait inoubliable d'un cocher de cirque de l'histoire dont la "grande armure de comédie" retentit de jurons scatologiques.

Il dit : " Scripta vestra olent merdam , scripta vestra me faciunt cacare. " "Quam cacans !" Ce qui, traduit en gaulois, se lit ainsi: " Vos articles sentent la merde, vos articles de merde me font chier, c'est chiant ! "

Il dit : " Je ne sais pas pourquoi je lis tout ça, ça me fait chier. "

Il dit : " Bon, j'ai aucune idée de ce qu'on fait, ça me fait chier à mort."

Il dit : " Je suis quand même une source inépuisable pour vos articles de merde ! "

Il dit : " Le créneau, le mot le plus con de la terre, le créneau écolo, c'est vrai que ça me fait chier. "

Il dit à Yasmina : " Tu ris. Moi je t'emmerde. Tu sais ce que ça veut dire ? "

Il dit aux gladiateurs : " Vous devez gagner comme j'ai gagné. "

Il dit : " Je vais me retrouver avec un palais à Paris, un château à Rambouillet, un fort à Brégançon. "

Il dit : " Je plais en étant moi-même , pourquoi voulez-vous me changer ? "

Il dit : " Il n'y a de vérité qu'au présent. "

Il dit : " Regarde, j'ai tout pour être content, j'ai rêvé d'avoir un parti , je l'ai, j'ai rêvé d'avoir les plus beaux postes ministériels , je les ai eus, j'ai rêvé d'être en situation, je le suis. "

Il dit : " Il devient très important de se débarrasser du Quai d'Orsay. L'ambassadeur de France en Russie, le précédent, un couillon, j'en avais vu, mais là j'ai eu honte… Et l'ambassadeur au Liban, un fameux crétin lui aussi (…) Le type du Hezbollah assimile Israël aux nazis, il le revendique, et lui n'entend rien ? "

Il dit : " Une chose que je n'ai pas dite, mais putain, il y en a à dire, c'est la République irréprochable. Tu mets le paquet là-dessus. "

Il dit : " Heureusement qu'on n'a pas eu l'abbé Pierre mort dimanche 14. "

Il dit : " Nous avons pris une décision, Tony et moi, nous allons conquérir l'Europe . "

Il dit : " Moi, je regrette, un type qui vend à des millions d'exemplaires, ça m'intéresse. "

Il dit : " Je ne veux pas être suivi par des connards que je ne vois jamais . "

Il dit : " J'ai cinq équipes dont l'activité récurrente est de se foutre sur la gueule. "

Il dit : " Qui m'a mis ces braillards à la con avec des pancartes ? "

Il dit : " Il n'ont aucun droit de se plaindre, je les ai gavés. "

Il dit : " Je ne sais pas qui a trouvé un truc aussi dégueulasse … "

Il dit : " Je vais être au milieu de dix connards en train de regarder une carte. "

Elle lui dit : " Essaie d'un peu mieux te tenir, Nicolas, n'oublie pas que tu veux être Président de la République. "

Elle lui dit : " Je voudrais que tu m'accordes une conversation réelle. "

Elle écrit : " Il est né sur une terre qui n'est rien, qui est nulle part et il n'y a pas d'Ithaque. "

A l'heure où l'Europe cherche Ulysse et son arc, comment un chef d'Etat en culottes d'enfant et qui court en plein air avec ses Ministres cacherait-il un profond penseur de la politique de la France ? .

* Toutes les paroles de M. Nicolas Sarkozy sont extraites de L'aube la nuit le jour, Yasmina Reza, Flammarion 2007

* * "Je suis une femme qui s'engage, j'en ai besoin. J'ai besoin de prouver, surtout à moi-même plus qu'aux autres, que je suis capable de faire des choses." (in Interview de Mme Sarkozy , L'Est républicain, 18 octobre 2007)

*** "Pour lui, c'est comme un violoniste à qui vous donnez un Stradivarius, il a tout à coup l'occasion d'exercer son art." (Ibid.)

Le 22 octobre 2007
perso.orange.fr