160619 2 min

Ignare avarice

Ignare avarice Si le public devait pédaler pour produire l'énergie permettant aux éclairages, aux caméras et haut-parleurs de laisser s'exprimer les politiciens, le feraient-ils ?
Ces derniers ne seraient-ils plus attentifs à ne pas se faire couper le sifflet ?
Il faut qu'ils sachent que leur mandat n'est pas un aval à leur personnalité ou leurs manies et autres problèmes psychologiques. Les gens ne votent pas pour eux, mais pour leur conscience, de ne pas laisser un pouvoir faire ce qu'il veut. Ils votent pour exister. Ils élisent des représentants d'eux-mêmes, pas des représentants d'une pensée ou d'une éducation ou d'une classe sociale à laquelle appartiennent ces politiciens. Le professionnalisme qu'on attend d'eux est de l'ordre de la responsabilité, sur des plans aussi divers que la justice ou l'éthique, ainsi que face à l'histoire. Est-ce le cas ? Non, les hommes historiques sont rarement attendus ou détectables en leur temps. Les gens qui se soucient du bien commun et de la justice, sont le plus souvent à contre-courant, car il faut dire que cette société qui draine le pouvoir dans l'argent, est mafieuse. L'appât du gain facile, la pression psychologique, le sentiment de supériorité sont historiquement devenus des artefacts de la simple survie. 
Cette société n'est contrôlée que par le désir irrationnel de pouvoir doublé d'une forme ignare de l'avarice, et systématiquement, quand ces politiciens doivent commettre des choix, au nom de la société toute entière, ils ne les commettent qu'au nom de leurs intérêts à court-terme, ceux de leurs sponsors, et systématiquement disais-je, ils font, la société toute entière fait les mauvais choix.

Mais heureusement bientôt les gens devront pédaler pour produire l'énergie leur permettant de s'exprimer en public, car c'est le destin des choses qu'il en soit ainsi, et soudain peut-être que l'humanisme va devenir un sport.