070930

La torture et la soumission d'Ahmadinejad

A peu près le même effet qu'un juif venu proposer la paix à une assemblée nazie.
Il avait aucune chance. D'ailleurs il serait content si au moins une personne avait compris son propos.
L'alter-égo le plus élevé dans la hiérarchie américaine qui lui a été envoyé fut le directeur de l'université de Columbia, son hôte très vite déçu de l'avoir invité, afin de bien signifier l'estime que peut avoir un pays impérialiste pour une bourgade sauvage qu'elle voudrait civiliser.
On lui a interdit d'avoir le cynisme de se rendre à Ground Zero alors qu'il est potentiellement coupable. Une mesure de protection de la morale sensée éviter l'usage de symboles pour de la propagande.
On essaie de lui expliquer que le précédent qui faisait le malin a été pendu au début de l'année, et son pays gazé.
Tout ce qui sort de sa bouche est déjà entendu d'avance, il ment, c'est certain, et en plus il ressemble physiquement à Hitler, définitivement.
Il refuse de répondre catégoriquement aux questions qu'on lui pose, comme tous les arabes qui mentent, ce qui est en soi un affront dans un pays où le savoir est injecté pré-mâché, en causant un choc au système limbique suraffectif et animal.
Dégoûtés, les américains ne se donnent pas la peine d'analyser leur malaise devant ce triste spectacle, et osent au maximum avancer cette analyse : « c'est normal qu'il n'y ait aucune logique à ce qu'il veut faire puisqu'il est fou ».
Aucune entente possible, tout est déjà dit, rien à réflechir.
A dix-mille lieux de leur esprit on trouve en quoi tout ceci est vrai.

 commentaire