Questions d'ordre civilisationnelles

160226 10 min
Panoptique

Si les extraterrestres venaient sur Terre, le premier réflexe serait d'étudier leur système social. Cela clarifierait grandement les voies à suivre et celles à ne pas suivre.

L'énergie requise pour voyager jusqu'à nous peut être équivalente à la consommation mondiale depuis cent ans. C'est à dire qu'ils possèderaient les moyens de rendre l'énergie, les communications, les transports complètement gratuits.

Pensez que même sans extraterrestre, ce jour viendra. Pensez aussi à ce qui se passera, si l'énergie devient gratuite et que les robots font toutes les tâches subalternes. Normalement, ce serait un monde parfait, fruit naturel de l'évolution de l'humanité. Mais dans le cadre actuel, cela signifie un conflit systémique, global, mondial, et intense jusqu'au tréfonds des subconscients. Une véritable ère de terreur et d'obscurantisme.

-

Intrusion

Nous n'avons pas à attendre longtemps pour que ces motifs apparaissent. D'autre part les délégations de différents mondes sont déjà présentes sur terre.
Il faut savoir au préalable qu'elle n'en n'ont absolument pas le droit (l'ingérence est une règle d'or), mais les premières l'ayant violé, les secondes l'ont obtenu de fait.

Les premiers veulent coloniser la Terre, ce qui est facile puisque avec l'énergie on peut dupliquer n'importe quel objet, y compris les diamants et l'or (je suppose). Même si vous ne croyez pas ceci en le lisant, il reste indubitable qu'un apport exogène de richesses peut causer une grave intrusion dans le système relativement pacifique de la Terre.

C'est de sa fragilité dont il est question. Le système de l'argent et du commerce, basé sur l'idée de valeurs transférables, constitue une grave faille contre les intrusions coloniales extraterrestres. L'inanité de notre système social peut être prouvé de bien des manières. Il est anachronique, donc forcément il constitue un frein à l'évolution. Pour qu'il l'impulse, il faudrait qu'il soit prometteur, en terme de potentiel, et de rêves à réaliser.

D'autre part, cet état de fait constitue une aubaine pour la race colonialiste.
Les gens sont tellement manipulables qu'ils peuvent injecter dans leur subconscient les briques d'une future soumission inconditionnelle. Ils se présenteront à vous dans peu de temps, tels des rédempteurs, aux exigences aussi anodines que l'ont été les bouteilles de whisky offertes aux peuplades colonisées par l'empire britannique, dans notre propre histoire.

-

Pro-actifs

Nous connaissons bien les bons ET, nous communiquons. "Les bons" sont ceux qui placent la dimension émotionnelle au centre de leur régime social, et pour lesquels la Liberté est une loi cosmique divine. Il y en a aussi d'autres qui ont précisément échappé aux colonialistes qui nous assaillent depuis 1947 (Roswell), et qui se sont allés avec les militaires et le pouvoir, en mettant en place des opérations psychologiques.

Pour y échapper nous expliquent-ils, il faut que les gens soient unis, qu'ils conforment une voix. Qu'ils soient conscient et actifs. Pour les premiers aussi, la pro-activité politique des foules figure parmi les tendances qu'ils tiennent beaucoup à encourager.

Je vis avec cela, sans que ça ne semble intéresser personne. Je vaque à mes occupations et obligations, avec trop peu de temps pour me consacrer à ces communications, qui sont fascinantes.
Il faut noter que ça fait partie de leurs recommandations, en tant que non-interventionnistes, qu'on ne se passionne pas pour eux au point d'oublier ses obligations sociales.

Cependant, avec notre groupe de contact, on se retrouve un peu dépassés par les informations qui nous parviennent.
D'une part on connait le futur, les plans à l'œuvre, et l'horreur extrême qui pend au nez d'une civilisation qui "danse de façon frivole au bord d'un gouffre".
Et d'autre part, entre l'importance des messages qu'on reçoit et la faiblesse de la réaction, on se sent honteux, voire impuissants.

On aimerait évidemment que l'information qui garantie la survie soit diffusée dans de grands médias, pour sauver la vie des gens, pour être garant de la paix. Au lieu de cela on est dans la situation coquasse où il apparaît clairement que ce mode médiatique est le plus mauvais, et de par sa nature, il ne peut que faire du mal.

Un mode de communication efficace et utile, capable d'entrainer une réaction proportionnelle à l'importance de ce qui y est énoncé, ne peut exister que sous la forme la plus adaptée possible au large spectre des croyances irrationnelles à briser, selon les gens.
Je disais "coquasse" parce que ce mode de communication est le même que celui qui constitue un peuple et une civilisation, dans sa forme la plus légitime qui soit, c'est à dire celle de la pro-activité.

Ainsi, ce n'est pas tant une difficulté, que de devoir se passer d'un mode de communication impersonnel et générique, immédiat, pressant, voire traumatisant, qu'un chantier à long terme qui consiste à inclure le plus de monde - tout ceux qui le veulent - dans le débat politique. C'est, vu d'ici, un chantier pharaonique dont on a peur de ne pas voir la fin de notre vivant. Il s'agit de construire toute une civilisation, basée sur l'entraide, la coopération, bref le génie humain, et tout ce qui peut nourrir positivement la définition de ÊTRE HUMAIN. Ce dont nous pouvons être fiers ; ce qui nous liera dans le futur.

Les gens doivent d'abord s'unir entre amis, collègues et connaissances pour parler de ces faits et de ces enjeux. Déjà si ce stade est franchi, n'importe lequel de ces groupes d'étude orienté vers des questions précises, a la même valeur que l'ensemble de la classe politicienne (si on pouvait calculer la somme d'intégrité).

Si ces groupes s'unissent, ils peuvent engendrer des mouvements de prise de conscience. Et si ces prises de conscience vont dans la même direction, alors la légitimité du pouvoir revient entre les mains du peuple, qui possède en plus du droit, les moyens de refuser l'injustifiable.

-

Guerre civile mondiale

Il se passe que nos gouvernements sombrent vers la dictature comme un monolithe de glace qui se détache au ralenti, parce qu'ils ont eux-mêmes confié progressivement les décisions d'ordre civilisationnel aux multinationales, qui elles ont une plus large vision des choses que n'importe quel parti politique, d'un seul pays.
Il ne reste à la politique que des questions périphériques "de surface" dans le cadre d'une grande machinerie qui est à l'œuvre, notamment et principalement de réprimer tout ce qui peut nuire au commerce.

Les politiciens sont les VRP d'une oligarchie, une façade de consultants interchangeables qui balancent des slogans et déclenchent des débats afin de donner l'illusion, de plus en plus déprimante, que toutes leurs actions ne sont qu'une goutte d'eau dans un océan imaginaire.

Nos amis nous avertissent, ceux qui ne sont pas des marionnettes sont actives dans le plan de destruction qui est à l'œuvre. Ils ont déjà planifié leurs retranchement pour survivre à la guerre civile mondiale qui débutera en 2020.

(En l'espace d'une semaine, apprend-on, l'ensemble des rouages vont se figer : eau, électricité, information, alimentation, et même transferts d'argent vont se figer totalement, pour plonger le monde dans le chaos (ce qui est qualifié de "calamité" dans la nouvelle constitution). Certains pays l'ont déjà vécu, dont il est facile de consulter les témoignages d'une guerre civile, où on apprend comment survivre dans un monde où les snipers vous guettent dans les rues. Pensez aux médicaments, allez vous installer en campagne.)

Et deuxièmement, ils ont déjà été contactés officiellement par la délégation d'Oumo, et non seulement ils n'en ont jamais parlé, mais en plus ils ont rejeté leurs propositions. Pour eux, il semble qu'il importe plus de rester empêtrés dans leurs illusions. C'est comme s'ils n'avaient pas les épaules pour devenir des personnages historiques. Ce genre de gloire, ils s'en foutent. Ce qu'ils veulent c'est le pouvoir, qui agi sur eux comme une drogue, et ils ne sont pas prêts de s'arrêter.

-

Les mâtons de notre auto-prison

Depuis le début, c'est juste une impression personnelle, j'ai clairement le sentiment que la situation actuelle est nettement plus grave que ce que tout le monde soupçonne.

Les politiciens, de par leur nature, et leurs agence de marketing que sont "les médias", semblent un rouage d'une mécanique qui vise à freiner, bloquer, empêcher l'évolution de l'humanité. Le seul rôle qui reste aux politiciens, est d'empêcher les bonnes choses d'arriver. Ce sont les hommes de ménage des multinationales.
Ils jouent le rôle de ce qui fait que l'évolution se fait par strates, et non de façon linéaire (peut-on dire).

Mais en fait c'est plus grave, ils sont objectivement en guerre contre les peuples.
On peut penser que ça fait partie de l'histoire des strates, en étant néfastes, ils exercent la pression qui cristallisera une société équitable, dont ils seront les garants de par le contre-exemple qu'ils représentent. Enfin c'est ce qu'ils se disent car leur esprit malade leur fourni des justifications à tout ce que leur névrotisme les force à faire. Ils sont eux-mêmes soumis, et esclaves de leur système nerveux. Donc leur but est de le faire payer aux innocents.
Ce sont objectivement des criminels.

-

La vision du monde

Imaginez une seconde, brave gens, que tout le monde autour de vous soit constamment à votre service et à votre écoute. Que toutes vos paroles soient bénites. Que les gens s'agitent par dizaines, ou par milliers, pour réagir à tout ce que vous voulez. Qu'il vous semble pouvoir déplacer les foules d'un mouvement de doigt. Pourriez-vous revenir à une vie où, telle que vous la connaissez, tout le monde vous chie dessus, personne ne vous écoute, vos paroles n'ont que la valeur de votre compte en banque, qui est minable, telle que votre reflet dans le miroir ?

Et en même temps, qu'est-ce qui nourrit plus l'existence que de faire partie de quelque chose de plus grand que soi ?
Et même c'est une question de santé mentale, c'est pourquoi ces gens de pouvoir sont de plus en plus dangereux : ils sont fous. Cela rend fou, car ce n'est pas naturel ni harmonique, quand tout le monde est à votre service, et que personne ne peut émettre la moindre critique, sans se voir tabassé par des mots douloureux.

Les hommes de pouvoir qui ont vraiment compté sont ceux qui savaient vivre avec ce poids sur la conscience, trimballer ce fardeau, en espérant qu'un jour advienne une civilisation qui aurait sont propre contrôle d'elle-même, qui serait consciente et agissante, et donc juste.
Mais tous les autres, ce qui n'ont pas de principes éthiques comme ligne de conduite, sombrent dans la démence.

Et aussi, les peuples opprimés ne sont-ils pas eux-mêmes co-responsables de cette folie grandissante, quand ils se mettent à craindre, obéir, conforter ce pouvoir dans sa folie, au lieu de risquer une rébellion sans cesse plus dangereuse ?

Car quand elle viendra, on verra que plus tôt elle a lieu, moins elle n'engendre de victimes, mais aussi tous ses bienfaits.
C'est pourquoi il n'y a pas de joie à réussir une révolution, en hommage à tout le temps perdu avant d'y arriver.