26/05/2006 3 min #1064

Immigration et morale

Le 24 mai 06 à 10:04, Laurence a écrit :

Le 23 mai 06 à 23:12, hey a écrit :

mais depuis le temps que cette histoire d'étrangers qui viennent manger le pain des français existe, n'y a-t-il pas eu une démographie au moins plusieurs fois équivalente à cette addition de population ?

Le système n'est-il pas sensé dire "plus il y a de gens plus il y a de travail et donc d'argent et donc ça s'équilibre naturellement?"

N'est-ce pas cette croyance (absurde) sur laquelle se fonde le système économique ?

Le problème, est-il l'addition de gens, ou le système ?

Cette question est très sérieuse !

Et puis prétendre vouloir continuer à vivre au-dessus de nos moyens

(collectifs) en continuant à piller le reste du monde, à déstabiliser et

affamer des populations entières, ce n'est pas viable à long terme... Le

système actuel est tellement incohérant que c'est logique d'observer ces

déplacements de population au désespoir... alors qu'en effet chez nous aussi

depuis 15 ans la fracture sociale augmente dans l'indifférence de ceux qui

peuvent encore consommer.

Je vis cela dans ma propre famille, ce qui rend la chose encore plus flagrante

et cruelle, un frère richissime (milliardaire), un autre avec gros salaire,

et moi sans revenus pour des raisons complexes, la raison majeure étant une

longue maladie qui m'a maintenue loin de toute possibilité de vie active

pendant plus de 20 ans... Eh bien ni l'un ni l'autre ne me donneront un seul

euro d'aide, il paraît que je suis responsable de ma situation... Fleur sur

le gâteau, l'un et l'autre de ces frères sont confits dans leur névrose,

aigris, cyniques, loin du bonheur et de l'épanouissement malgré tout leur

argent.... Mais convaincus l'un et l'autre d'être dans le vrai, de prêcher la

pérénité du système actuel, de nier leurs probèmes perso et de dire que la

psychologie et le développement personnels sont des délirs du new age...

Le plus ironique c'est que si je ne m'étais pas démené comme une lionne pour

énmerger de mon trou, eh bien je coûterais chaque jour une belle somme à la

collectivité, mais ça ce serait "normal"! Par contre le fait que je refuse de

m'être donné tout ce mal (guérir) pour accepter ensuite d'être surexploitée

par des imbéciles, de vivre une vie pourrie uniquement pour enrichir une

élite déjà richissime ça c'est il paraît inadmissible. Conclusion pratique :

la liberté se paye cher.

Bah, au moins je sais moi prendre le temps de contempler la beauté de la

nature et d'échanger avec mes amis, de sourire aux passants, de dire

aimablement bonjour aux caissières ou aux commerçants, de saluer mes voisins

et prendre un peu de temps pour leur de mander comment ils vont, bref toutes

ces petites choses qui contribuent réellement à la qualité de la vie.

Est-ce que je fais tout ça parce que j'ai à une époque touché le fond et que

pour remonter vers la surface, j'ai du prendre conscience de certaines

réalités? Je pense que certains ne peuvent sortir de leur torpeur/transe que

grâce à un vigoureux choc dans leur train train hypnotique.

Cordialement,

Laurence

 commentaire