26/05/2006 4 min #1058

Chine et USA

Le 23 mai 06 à 00:14, Vincent a écrit :

La Chine est même l'ultime cible, le seul pays capable à terme de rivaliser

avec les USA.

Je vous suggère la lecture de cette excellente analyse sur le cauchemar

géopolitique des USA.

http://www.planetenonviolence.org/Le-cauchemar-geopolitique-des-Etats-Unis,2

006-05-14_a780.html

Extrait:

Une politique étrangère désastreuse avec la Chine

Dans ce contexte, l'insulte diplomatique de Bush au président chinois Hu

Jintao venu en visite, est désastreuse pour les Etats-Unis sur la scène

internationale. Bush a agi selon un script écrit par des néo conservateurs

anti Chine, délibérément rédigé pour insulter et humilier Hu à la Maison

Blanche.

D'abord, il y a eu l'incident au cours duquel un journaliste de Taiwan, un

membre du Falungong, présent dans une salle de conférence de la Maison

Blanche dont les entrées sont passées au peigne fin, a déclamé une tirade

contre les violations par la Chine des droits de l'homme, et ce, pendant

plus de trois minutes, sans qu'on n'essaie de le faire sortir, à une

conférence de presse filmée.

Puis, l'hymne national chinois a été joué pour Hu, présenté comme l'hymne

national de la République de Chine – Taiwan. Ce n'était pas un lapsus de la

part des responsables du protocole à la Maison blanche, mais un effort

délibéré pour humilier le dirigeant chinois.

Le problème, c'est que l'économie américaine est devenue dépendante des

importations chinoises, également du fait que les chinois détiennent des

bons du trésor américains. La Chine est actuellement celui qui détient le

plus de ces réserves américaines soit environ 825 billions de dollars. Si

Beijing décide de sortir du marché des bons américains, même seulement en

partie, cela provoquerait une chute du dollar et l'effondrement du marché

immobilier de 7 trillions de dollars, une vague de banqueroutes, et un

chômage massif. C'est une option réelle, même si elle est peu probable

actuellement.

Hu, n'a cependant pas perdu son temps à déplorer les affronts faits par

Bush. Il est allé immédiatement en Arabie Saoudite, pour une visite d'état

de 3 jours, pour signer des accords commerciaux, de défense, et de sécurité.

Ceci n'est pas une petite claque à la figure de Washington lancée par la

famille royale saoudienne traditionnellement « loyale » aux USA.

Hu a signé un accord pour que la SABIC (Saudi Basic Industries Corp) un

puissant congloméra industriel saoudien, construise une raffinerie de

pétrole et réalise un projet de pétro chimie d'une valeur de 5,2 billions.

Au début de cette année, le roi d'Arabie Saoudite, Abdullah, a fait une

visite d'état à Beijing.

Depuis l'accord passé entre la maison des Saud et l'administration

américaine sous F. Roosevelt offrant une concession exclusive à Aramco,

entreprise américaine, et non aux anglais, pour développer le pétrole

saoudien en 1943, l'Arabie Saoudite était considérée par Washington comme

sphère d'intérêt stratégique commun.

Puis Hu est allé au Maroc, au Niger, et au Kenya, tous vus comme des «

sphères d'intérêts américains ». Il y a seulement 2 mois, Rumsfeld était au

Maroc pour offrir des armes. Hu offre de financer l'exploration de sources

d'énergie dans ces pays.

Le SCO et les évènements avec l'Iran

Les derniers développements concernant l'Organisation de Coopération de

Shanghai (Shanghai Coopération Développement, SCO) et l'Iran, montre une

fois de plus les changements dramatiques concernant la position géopolitique

des Etats-Unis.

 commentaire