26/05/2006 3 min #1056

Communisme ?...

Le 22 mai 06 à 22:58, Laurence a écrit :

Le lundi 22 Mai 2006 14:56, SEGUY Michel a écrit :

La concurrence est à la base du progrès:

Concurrence des civilisations, des espèces, des idées.

Encore une croyance démentie par la recherche en psychologie (pas la recherche

officielle bien sûr). Lorsqu'on observe la structure de personalité de chaque

individu pris comme une entité, on s'aperçoit qu'une majorité d'individus

sont au contraire inhibés par la compétition. D'autre part l'étude de notre

système immunitaire montre clairement qu'un individu soumis à un stress

permanent s'use de façon accéléré car le stress bloque les fonctions

réparatrices de l'organisme, génère la sécrétion excessive de substances qui

empoisonnent ce dernier et donc favorise le développement de diverses

pathologies graves.

Les moines :h4étains qui vivent dans le calme, méditent quotidiennement,

jouissent d'une excellente santé! Comme quoi, si on observe la nature, on

reçoit un message très différent.

Si vous pousseeez en permanence le moteur de votre voiture, vous l'usez

prématurément et en plus l'impact écologique est accentué...pour quel

bénéfice?

Existe aussi une certaine "coopération":

Les mâles d'un troupeau de buffles sont compétiteurs pour les femelles mais

s'entraident contre les lions.

Je vous consielle la lecture du livre de Lynn Margulis : What is Life, elle y

montre la rôle essentiel de la coopération entre micro-organismes... Le mythe

de la compétition, héritage du XIXème siècle, un des plus cruels de

l'histoire de l'huumanité, n'est qu'un mythe qu'on nous a fait entrer dans le

crâne à coups de lavage de cerveau non stop.

Des psychologues américains ont fait il ya quelques années une expérience

vraiment intéressante portant sur deux groupes de jeunes mis dans des

conditions ddifficiles, le groupe coopératif n'a pas eu de problèmes à gérer

la situation alors que le groupe compétitif a explosé.

On passe sous silence le fait que dans nombre d'entreprises, si certains

individus ne prenaient pas sur eux de coopérer pour éviter le pire, eh bien

ces chers gestionnaires au gros salaire seraient dans la m....! Vive ceux qui

aiment leur travail et ont le sens des responsabilités.

La réalité est tellemetn plus complexe et riche que tout ces modèles faits

pour générer des réactions émotionnelles primaires.

Cordialement,

Laurence

 commentaire