060526

Immigration et morale

Le 22 mai 06 à 08:58, Laurence a écrit :

Le dimanche 21 Mai 2006 19:48, Frédérique Pasquier a écrit :

Désolée pour les animateurs de la liste, mais il y a des limites à lire des

abjections. "mon pays, mes concitoyens, mes compatriotes" et le reste on

verra après, et d'abord sa famille, puis ses voisins, etcc...tout ce qu'il

y a de plus étriqué et de mesquin et bien sur que l'on retrouve sans

problème chez Lepen. Alors enrobez cela comme vous voulez d'un sirop écolo

mais cela reste amer.

D'autant plus que le concept de solidarité familiale est à revoir, pur

mythe.... Je suis bien placée pour en parler...Ou alors c'est si souvent du

marchandage affectif, attachements et dépendances dues à une grande

immaturité, de la prostitution légalisée et j'en passe. Où sont les vrais

rapports humains là-dedans?

Je pense sincèrement qu'un monde plus viable passe surtout par une

transformation individuelle, la prise de conscience que chacun est citoyen de

la planète terre et responsable de ses choix, pensées, croyances et actes.

Tout le reste n'est que conditionnement....

Maintenant sur le plan purement concret et pratique, je suis bien d'accord

avec la remarque d'AJH, c'est une telle merde partout qu'en effet une vague

disproportionnée d'immigrants en état de choc, déstructurés, traumatisés,

serait un facteur déstabilisant pour un pays déjà lui-même en crise et donc

ayant des structures fragilisées. On dirait que le chaos progresse... Non,

pas partout, on dirait que l'Amérique latine se réveille, faut voir ce que

fait Chavez chez lui, il est le seul aujourd'hui à tenir tête à mr Bush. D'où

la panique de ce dernier, quelle horreur un projet alternatif au capitalisme

qui fonctionnerait mieux, ce serait mettre en danger l'énorme manipulation de

masse et le bourrage de crâne non stop qu'on nous impose depuis bientôt 15

ans pour nous prouver qu'hors du libéralisme, point de salut.

Comme quoi une vraie démocratie commence par la capacité de chacun à se poser

des questions, remettre en cause les coryances collectives, s'informer

soi-même and co... Et aussi devenir conscients de nos vrais besoins, pas les

ersatz qui donne une belle courbe inflationnelle à la consommation.

Cordialement,

Laurence

 commentaire