4 articles 18 min aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr

I - L'animalité spécifique d'une bête en évolution

POUR UNE ANTHROPOLOGIE ORIGINELLE

Présentation de la bête évolutive

1 - Le philosophe et l'homme politique

On a prétendu que l'homme d'Etat et le philosophe se partageraient le fardeau de porter le regard de la raison au-delà des quelques arpents auxquels s'arrête le radar du globe oculaire du genre humain ordinaire et de traverser ensemble le paysage en doubles connaisseurs de l'étendue du vaste monde et de sa longue histoire. Cette allégation est aussi effrontée que perverse; tout homme politique, quelle que soit la relative 'envergure de sa cervelle, ne regarde jamais notre astéroïde que du point de vue qu'il juge nécessaire et suffisant à l'heureuse conquête du pouvoir qu'il ambitionne d'exercer, tellement son ultime soif de gloire et de puissance se limite toujours au champ de l'action efficace, donc payante à ses yeux.

L'empire de la pensée, en revanche, se ramène toujours, aux yeux du philosophe, au territoire cerné par la question supérieure de la prise de possession d'une citadelle à capturer en altitude, ce qui exige la mise en évidence du chemin le plus sûr qui conduira les guerriers de l'intelligence à se promener en vainqueurs sur les remparts de l'ennemi terrassé.

Du coup, l'homme politique se trompera nécessairement sur la distance intellectuelle à parcourir, celle qui seule lui permettrait de triompher sur les hectares qu'il convoite. C'est ainsi que MM. Sarkozy et Juppé se trompent tous deux au chapitre du recul de la pensée qu'exige le monde actuel: leur erreur commune est de s'imaginer que le paysage de la politique mondiale d'aujourd'hui ne sera pas bouleversé de fond en comble par la victoire militaire de la Russie en Syrie.

C'est pourquoi, en un mot comme en cent, ces hommes d'action ne savent pas que l'histoire de la planète sera mise en marche par l'irruption soudaine d'un glaive performant dans le train de sénateur et dans la nonchalance démocratique; et que, par conséquent, il est encore trop tôt, croient-ils, pour soulever la question de fond - celle de l'existence même de l'OTAN vassalisé et de l'illégitimité de la présence à perpétuité de cinq cents bases militaires américaines armées jusqu'aux dents et privées d'adversaires sur un continent ligoté par la victoire réputée évangélisatrice de 1945 sur le nazisme.

Ce type d'homme d'Etat croit se camper à la bonne distance du champ de bataille que lorgne son cerveau césarien - la distance qui le conduira tout droit à l'Elysée, se dit-il. La myopie partagée des candidats de la gauche et de la droite leur interdit de réfléchir en anthropologues originels sur les leçons multi millénaires que l'histoire et la politique dispensent aux Etats: car le sabre ne laisse jamais intacts les nonchalants et les léthargiques. Les démocraties sont des embarcations tellement construites pour naviguer seulement par temps calme que le vent de l'histoire réelle les démâte sans tarder.

Et pourtant, le regard éclairé que la science historique universitaire devrait porter sur le destin du monde suffirait à lui fait voir clairement que la reconquête de la Crimée, puis la guerre en cours en Syrie reconduiront le monde à la résurrection de nations et aux retrouvailles de la mappemonde avec le ciment de l'histoire qu'on appelle le patriotisme - il n'y manque qu'un regard d'anthropologue sur l'animalité spécifique du genre humain - car le Moyen-Age actuel nous rappelle que Lucifer est un monstre en chair et en os, et pourtant invisible et qu'on le lapide à l'aide des pierres lancées contre une stèle. L'animalité cérébralisée de notre temps ne distingue pas le monstre, d'un côté, du symbole, de l'autre. Les catholiques mangent réellement la chair et boivent effectivement le sang de leur victime immolée sur l'autel de l'Histoire; les protestants n'ont plus de "vrai et réel" sacrifice à se mettre sous la dent - ils peinent à ne croquer que des symboles.

La guerre de Syrie sera l'enjeu philosophique inconscient des démocraties: il s'agira d'arracher à l'islam son Lucifer de chair et de sang à lapider. Car si Lucifer existait hors de la conque osseuse de ses lapideurs, il rirait bien du tour qu'il vient de leur jouer: ils n'ont pas seulement échoué à tuer Satan, ils se sont entêtés à manquer leur cible.

2 - Un monde à la croisée des chemins

Le gouffre ouvert entre le philosophe et le conquérant - on l'appelle maintenant l'homme d'Etat - est donc abyssal: Socrate ne se trouve pas dans l'arène des candidats à la puissance politique. Car, non seulement son regard voudrait porter sur toute l'étendue du paysage à traverser, mais son premier souci est celui d'un logicien qui songe à conquérir l'observatoire de la politique et de l'histoire de la bête évolutive - le seul télescope qui lui permettra de savoir d'avance si le paysage se rend visible de l'extérieur et de quelle nature sera ce dehors.

C'est pourquoi, de Platon à Kant, de Descartes à Hume et à Nietzsche, tous les philosophes sérieux ont tenté d'observer de haut et de loin la boîte osseuse du plus étrange des animaux, afin d'examiner de Sirius les ressorts et les rouages de cette singulière machinerie - et également afin de remédier, si possible, aux vices de fonctionnement et de fabrication des pièces de cet outillage non seulement perfectible depuis deux millions d'années, mais en évolution sporadique et aléatoire depuis vingt mille siècles seulement. Il est grotesque de tenter de survoler un paysage si l'on ignore à l'aide de quelle caméra de la pensée la bête tentera de comprendre ce qui lui arrive.

Dans cet esprit, je m'abstiendrai, quatre semaines durant, de poursuivre mes analyses anthropologiques sur le seul terrain des évènements, et je tenterai de quitter davantage l'univers des arpenteurs et des géomètres, afin de tenter de savoir s'il est possible de porter sur l'histoire et la politique du simianthrope un regard trans territorial, pourtant de nature à nous informer du sens du tournant que la Russie vient de prendre dans l'univers de la spectrographie anthropologique de la bête schizoïde. Car nous venons de découvrir le chaînon qui nous manquait entre l'Australopithèque et le premier animal censé armé du télescope de la pensée transzoologique. Il s'agit d'ouvrir une brèche plus impossible à combler que jamais entre la philosophie et la politique. L'heure des logiciens de la nuit a sonné. (Voir le texte qui paraîtra le 30 octobre)

1 - Le naufrage en eau tiède

Le naufrage en eau tiède des civilisations déclinantes fuit le spectacle de leur agonie, alors même qu'elles en sont devenues la proie depuis longtemps aux yeux de tout le monde; mais elles finissent toujours par étaler à leurs propres yeux le camouflage inutile de leur trépas prolongé. De plus, la vérité montre ses crocs aigus et ses mâchoires massives. Sa denture carnassière dévore les fondements psychophysiologiques des Etats. C'est ainsi que la superficialité d'esprit dont témoignent les sciences humaines acéphales d'aujourd'hui réduit leur savoir scolarisé à une pellicule de graphiques et de statistiques.

Le naufrage dans leur minceur de ce genre d'exercices est devenu tellement spectaculaire que le haut enseignement français, qui se trouve en eau tiède et privé de réflexion philosophique depuis plus d'un siècle, semble tout soudainement se réveiller quelque peu: ne vient-il pas de découvrir qu'une science privée du tuteur de la pensée critique n'est qu'une outre vide? L'Université Marie et Pierre Curie va faire alliance avec la Sorbonne millénaire pour tenter de greffer in extremis l'amusement scolastique qu'on appelle la sociologie sur l'une de ses "contre faces", comme on dit, à savoir la vieille "psychologie des facultés" que nous avons héritée du Moyen-Age. Quelle porte enfin grande ouverte sur le sanglant que la connaissance d'eux-mêmes soudainement promise aux docteurs du genre humain!

La question à laquelle la Sorbonne moderne ouvrira sa porte à deux battants n'est autre que celle qui se posait aux sophistes et aux théologiens du Moyen-Age: à quelle profondeur du cerveau d'une bête réputée évolutive une vraie sociologie est-elle appelée à plonger ses racines? La béance de cette brèche fécondera-t-elle la poussière amassée par la sociologie de Durkheim, fondée, au milieu du XIXe siècle? Les craintifs et les tremblants vont-ils battre massivement en retraite. Car il faut une révolution épistémologique titanesque pour seulement prendre acte de ce que, depuis sa sortie partielle et précautionneuse du règne animal, notre espèce se trouve dichotomisée entre les neurones du réel et ceux du fantastique religieux. Mais pour séparer la théologie de la zoologie cérébrale, et la zoologie mentale de la théologie, il faut apprendre à décrire l'animalité spécifique d'une bête scindée de naissance entre le visible et l'invisible. Si les sciences humaines actuelles commençaient par l'audace de tenter de cerner leur objet, puis de peser leurs méthodes d'encerclement de cet objet sur les plateaux d'une balance d'anthropologues, ces malheureux se débanderaient dans une déroute d'éberlués.

2 - Les dieux d'une bête en évolution

Il en est ainsi d'une consœur que la sociologie d'école a récemment rencontrée dans l'arène de la lâcheté intellectuelle des sciences humaines actuelles: à savoir une anthropologie dite politique, puis attifée en discipline scientifique et enfin chapeautée le plus sérieusement du monde de la toque des docteurs du Moyen-Age. Cette séminariste se veut si peu anthropologique qu'elle volète dans les zéphyrs de ses méthodes. Les vêtements de cette pauvresse se veulent aussi folâtres qu'enrubannés. Aussi a-t-elle échoué à emprunter les dehors d'une véritable connaissance du simianthrope. Mais son "champ du savoir", comme elle aime à dire, ne s'étend nullement jusqu'au politique devenu porteur de ses masques sacrés. Hélas, jamais aucun pseudo anthropologue des temps modernes n'a eu le courage de réfléchir à la nature viscéralement historico-religieuse, donc fatalement historico-onirique, de la cervelle des évadés d'hier, d'aujourd'hui et de demain de la zoologie.

Et pourquoi cela? Parce que ni la sociologie laïcisée, ni l'anthropologie officialisée dans l'enceinte sans recul de la raison universitaire, ni une science historique mal rationalisée dans la postérité étriquée du XVIIIe siècle ne sont constructibles sans que nos méthodologues ne commencent par tracer une frontière nouvelle et relativement sûre entre l'homme et l'animal. C'est cela, le rendez-vous tragique du IIIe millénaire avec la postérité véritable de trois peintres animaliers originels, Cervantès, Swift et Nietzsche. Car ces premiers penseurs et peseurs se sont penchés sur l'animalité propre aux estropiés divins qui se promènent sous notre os frontal; et ils ont observé une bête en cours de cérébralisation, de vassalisation et d'encerclement dans l'enceinte de son propre concept, et ils se sont défaussés sur leur propre génie: le roman ou le récit symbolique ont tendu leur miroir à la bête auto-mythifiée.

3 - La découverte du " chaînon manquant "

Il y a une quinzaine de jours seulement, le monde de la presse s'est trouvé informé inopinément, donc par surprise, de ce que, depuis plus de deux ans, des paléontologues cachottiers ont découvert en Afrique du Sud de nombreux squelettes miraculeusement conservés, du fameux "chaînon manquant" entre l'australopithèque et l'homo censé dûment achevé ou du moins en voie d'un parachèvement définitif de sa cervelle - car nos apprentis-anthropologues sont formés depuis trois siècles dans la postérité manquée de Candide ou l'optimisme de Voltaire; et ils placent de préférence leurs spécimens sous la lentille de leur raison d'enfants. Mais à partir de quel animal observent-ils l'auberge de leur propre transanimalité, celle qui va de soi à leurs yeux et dont le caractère embryonnaire échappe à leur regard?

Car l'animal encore entièrement toisonné d'il y a vingt mille siècles avait déjà de longues jambes et des pieds articulés; et sa cervelle, alors de la grosseur d'une orange, s'imaginait déjà, le malheureux, que sitôt après le trépas de la carcasse qui lui servait de support, il se rendait quelque part à l'aide de divers moyens de transport. Deux millions d'années seulement plus tard, un nautonier renommé, du nom de Charon, s'entretenait secrètement avec le dieu Hermès. Leur conversation portait sur l'état de la barque du passeur. On sait que cette conversation a été entendue par un ironiste du deuxième siècle de notre ère, Lucien de Samosate (129-180), qui l'a fidèlement transcrite sur des parchemins qui nous ont été conservés et traduits dans toutes les langues de la terre.

Or, les voilures de la chaloupe de Charon étaient en lambeaux. Comment le navigateur sus-nommé faisait-il néanmoins franchir le Léthé aux morts de son époque? De plus, se plaignait notre Charon originel, ses voiles étaient tellement rafistolées qu'il était grand temps de cesser de les recoudre. Mais comment convaincre Hermès d'en acheter des neuves? Quant à la sécurité des migrants de ce temps-là, les derniers passagers n'étaient parvenus sur l'autre rive qu'à grand peine, et cela seulement en raison du courage avec lequel ils avaient écopé sans relâche et tout au long de la traversée l'eau de l'Oubli qui s'introduisait dans la cale par une brèche impossible à colmater. Puis Charon se faisait théologien, nous raconte son biographe: les dieux n'avaient pas intérêt, disait-il, à se montrer avares de leur voilure aux yeux des mémorialistes à venir et de noyer les humains, ce qui rendait catastrophique leur arrivée au royaume des morts.

On a appelé Lucien de Samosate le Voltaire de son temps. Son ouvrage de philosophe rieur et d'historiographie autorisé de notre évolution cérébrale s'intitule Les Histoires vraies. Ce titre a été faussement traduit, et de siècle en siècle par L'Histoire véritable. Qu'est-ce que la vérité religieuse aux yeux des hellénistes ignorants, dès lors que nous n'avons pas trouvé la balance universelle qui nous permettra de peser le symbolique? Les "religions véritables" meurent quand leurs "vérités" fondatrices chicanent le "sens commun" du bimane évolutif - car le "sens commun" de la bête imageante change les pôles et les paramètres de l'imaginaire qui la promène selon le degré de dégrossissement du fantastique et du sacré dont le sens commun se trouve possédé.

Cinq siècles seulement après Copernic, un siècle et demi seulement après Darwin, un siècle seulement après le mariage de l'espace avec le temps que les anthropoïdes et les hommes se partagent depuis les origines - nous en devons la découverte à notre physique de la flottaison générale de l'univers - notre apparence d'anthropologie politique et d' anthropologie religieuse ne savent encore ni pourquoi la bête au cerveau schizoïde a expédié trois colosses au cerveau réputé unifiable dans le silence et le vide du Léthé qu'on appelle maintenant l'immensité ou l'éternité. Pourquoi ce colosse a-t-il remplacé précipitamment les carcasses musculaires et osseuses des dieux du polythéisme par des longitudes et des latitudes insaisissables? J'ai déjà dit que le cerveau du "chaînon manquant" avait la grosseur d'une orange: nous cherchons désespérément la balance à peser notre orange.

4 - La bête en quête de observatoire de son évolution

L'anthropologie scientifique, donc critique de demain observera la psychophysiologie cérébrale et racontera l'histoire vraie de l'animal dichotomisé de naissance entre la physique du cosmos et le fantastique religieux qui se balade sous son os frontal. La discipline du fabuleux commencera par constater que, dans l'ordre politique, le simianthrope est une bête aporétique, par nature et par définition, et cela en raison de la schizoïdie native dont le langage a frappé son encéphale en cours de route. Par conséquent, toute anthropologie qui se voudra scientifique commencera par tenter de connaître, puis d'interpréter, donc de donner un sens à la psychophysiologie cérébrale qui paralyse un bimane cruellement inachevé et à la recherche de son gîte - car on ne saurait enregistrer de siècle en siècle la progression désespérément superficielle de ses neurones si l'évolution de sa cervelle se trouvait d'ores et déjà terminée.

Mais en quel endroit de la route l'observateur d'un cheminement proprement mental se trouve-t-il posté? Comment en jugerait-il motu proprio s'il ne sait à partir de quelle distance il regarde, droit devant lui, un paysage dans lequel il entre à reculons - car à chaque étape de son trottinement, cet animal se croit arrivé à bon port et s'imagine respirer enfin librement? De plus, ce prétentieux juge de haut et de loin le chemin qu'il a parcouru tout clopinant et toujours sans connaître vraiment l'endroit où il se trouve arrêté. Tout au long de ses sautillements d'une écurie à la suivante ou d'une étable à l'autre, il ne plante jamais que des reflets illusoires de l'homme qu'il croit être devenu entre temps. Lucien de Samosate ne regardait pas encore la bête onirique en anthropologue averti. Nous rions de l'aveuglement de Mercure et de Charon, mais nous sommes les continuateurs de leur cécité. Et si nous n'apprenons pas à fixer nos regards plus loin qu'au bout de nos pattes, je ne donne pas cher de l'avenir de nos mandibules.

5 - Cicéron anthropologue

Dans cet esprit, il est établi, comme je l'ai signalé plusieurs fois sur ce site, que Cicéron fut l' anthropologue du blocage originel de la cervelle politique et religieuse de la bête que nous sommes demeurés; car le grand orateur a souligné le premier que le pouvoir d'un seul (princeps) conduit nécessairement à la tyrannie, le pouvoir des meilleurs (optimates) non moins nécessairement au règne des factions et le pouvoir populaire plus nécessairement encore au chaos (turba et confusio). Ce diagnostic bouchait d'avance toutes les issues, mais il s'est révélé tellement irréfutable qu'il se trouve confirmé dans le monde entier depuis deux millénaires, et cela du seul fait que l'art de piloter les Républiques et les diverses formes qu'emprunte la démocratie, tente vainement de construire des mélanges mirifiques du pouvoir d'un chef incontesté avec celui des multiples factions que sécrète un suffrage populaire désordonné et privé non seulement de télescope, mais de tête.

Depuis 1958, la République française présente un spectacle particulièrement instructif du chaos qui s'est emparé des neurones de la bête en évolution: on y voit un chef d'Etat dont les pouvoirs permettent de faire régner une gabegie assurée, mais limitée à deux quinquennats. L'Amérique s'était fâchée de ce que Franklin Delano Roosevelt avait régné plus de seize ans sur le parti démocrate pour ne céder son siège qu'au dieu Thanatos. Mais partout, lors de leur pré-sélection, les candidats à l'exercice d'une magistrature à la fois sommitale et passagère, sont choisis sous la poigne de fer et les ruses des factions, lesquelles se chargent ensuite de présenter des apprentis de la politique mondiale aux suffrages d'une population inexpérimenté et soigneusement maintenue dans l'ignorance des qualités requises des vrais chefs d'Etat sur la scène internationale.

6 - Les souverains du vide

Mais dans combien de générations les qualités demandées aux vrais chefs d'Etat seront-elles communicables aux boîtes osseuses des masses si, de leur côté, les classes dirigeantes ne se demandent jamais si une proposition est vraie ou fausse, mais seulement s'il est politiquement opportun de l'exprimer ou de la taire? Un Président semi princier et élu, même pour peu de temps, au cours d'une procédure inappropriée à son objet se rendra aussitôt, et le plus naïvement du monde, le vassal d'un empire étranger, et cela dans un aveuglement d'enfant. Puis, sa candeur puérile se trouvera si bien partagée par la cécité générale du pays, qu'elle ne déclenchera quelques marmonnements et ronchonnements ni dans le sérail des oligarques grands nageurs en eau tiède, ni dans la jungle de l'ignorance d'un peuple qualifié de souverain, mais dans le vide.

Je rappelle seulement, en passant et pour mémoire, que c'est par la volonté d'un rassemblement de tout le monde en un vaste troupeau qu'un empire étranger tient les armées nationales de toute l'Europe sous le sceptre et l'étendard d'un général américain - quel pâturage que celui d'une "Liberté universelle" - je rappelle seulement et en passant que c'est par la volonté des démocraties et des Républiques elles-mêmes qu'un empire étranger place, depuis soixante quinze ans, les herbages de l'Europe de Ramstein à Syracuse sous le drapeau de cinq cents bases militaires trans-océaniques, je rappelle seulement, et en passant, que c'est par la volonté dûment partagée avec ses vassaux qu'un empire insidieux nous a imposé un traité de Lisbonne chargé de nous garantir le plus officiellement du monde la protection "perpétuelle" - et à titre constitutionnel - des forces militaires américaines campées sur nos terres, je rappelle seulement, et en passant, que, parmi les clauses innocemment semées dans le traité léonin de Lisbonne, c'est par la volonté tenace, mais toujours en raison à la mollesse de notre complicité aux yeux crevés, qu'un empire de la "morale" a domestiqué toute la classe politique du Vieux Monde, je rappelle seulement et en passant que la lecture des clauses du prochain traité baptisé de "libre échange" entre le tigre et le mouton se trouve interdite aux assemblées nationales des peuples censés souverains de toute l'Europe asservie, je rappelle seulement, et en passant, que nous expions par de lourdes contre-sanctions de la Russie le boycottage qui nous a été impérialement imposé par un fauve de la démocratie mondiale, je rappelle seulement, et en passant, qu'une Commission parlementaire devait enquêter sur le naufrage le plus récent de notre souveraineté: l'Amérique a interdit au paltoquet de l'Elysée de vendre les Mistral au Kremlin. Mais seulement treize députés socialistes et huit de la droite ont enterré en catimini cette constatation publique de la vassalisation du peuple français - il ne s'agissait que de vendre à un bon prix les témoins nautiques de notre servitude.

Décidément, l'eau de l'oubli a fait chavirer la barque de Charon.

La semaine prochaine, je poursuivrai l'analyse anthropologique de la bête aporétique..

Le 9 octobre 2015

aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr


articles affiliés ordre chronologique
15 min aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr

Pour Une Anthropologie Originelle - Ii - Une anthropologie des apories de la condition historique

1 - De la tyrannie aux factions

Cicéron fut le premier anthropologue des apories dont la condition simiohumaine se révèle prisonnière et à laquelle l'évolution du cerveau de notre espèce semble se trouver arrêtée. La semaine dernière, le traité d'aporétique générale intitulé De Republica du grand orateur nous avait conduits à observer que si le pouvoir sommital ne conduit plus les démocraties modernes à la tyrannie, c'est seulement faute que la brève durée du mandat du princeps lui en laissât le loisir.

15 min aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr

Pour Une Anthropologie Originelle - Iii - Les logiciens de la nuit

1 - La bête qui voudrait se rendre ailleurs

L'infini n'a débarqué que tardivement dans le christianisme. Il y a fallu, entre le XIIIe et le XIVe siècle, la mystique de Me Eckhardt et celle de Nicolas de Cuse au XVIe. Mais il n'y a pas de conscience religieuse qui ne porte le sceau d'une astronomie: Herschel (1738 - 1822) a converti la science du ciel à l'évidence que l'illimité se révèle étranger par nature et par définition à toute possibilité des logiciens de jamais en prendre la mesure à l'aide des instruments d'une raison calculatrice des distances.

18 min aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr

Pour Une Anthropologie Originelle Iv - Esquisse d'une interprétation anthropologique des trois monothéismes

Avertissement

Le 23 octobre, M. Vladimir Poutine s'est enfin décidé à introduire, avec le courage et la loyauté requises, les termes de vassal et de vassalité dans le vocabulaire des relations diplomatiques courantes entre les Etats auto proclamés démocratiques. Cette initiative visait évidemment l'ordre signifié avec rudesse par Washington aux plus vieilles et aux plus respectables nations de la civilisation européenne - d'édicter précipitamment des sanctions industrielles et commerciales à l'égard de la Russie, et cela sans qu'il fût permis aux descendants de Copernic de contester des dispositions aussi unilatérales que contraires à leurs intérêts économiques et diplomatiques les plus évidents.