explics-fr

Si on observe bien le schéma en pensant aux matières, tout d'abord le premier niveau n'est pas axialement aligné avec le deuxième, on le voit au niveau des couleurs. Cet axe nouveau ne change pas le fait que l'ensemble d'une bulle soit symétrique sur un seul axe, par contre la symétrie n'est pas 5,6,7 à droite et 8,9,10 à gauche, mais 5 à gauche, 6,7,8 à droite, et 9,10 à gauche.

Mais en fait l'alignement 1,2 et 3,4 montre qu'ils sont comme face l'un à l'autre, le 1 familier avec le 4 et le 2 avec le 3, ce qui est subjectif en raison des familles chimiques.
Cette idée de pile/face est à garder dans un coin de la tête pour l'instant, on la reverra en quelque sorte en voyant la structure de l'ordre de remplissage.

Ce qui initie l'idée de remplir les couronnes comme par la pesanteur, de bas en haut et de droite à gauche, ordonnant ainsi les nombres pairs et les impairs.

J'ai fini d'abandonner l'idée de mettre ensemble les 6,7,8 en voyant comme sont proches par paire les métaux 22,24,26,28, et en face les 21,23,25,27, en voyant aussi qu'alignés ainsi chaque couronne formait un spectre de matière, ce qui est original si ça résulte d'un ordonnement.



Structure du remplissage :



Cette description dit mieux pourquoi on peut rajouter des couronnes au besoin, et ce qui forme le double triangle évolutif, en quelque sorte.

Chaque carré sur le graphique est une couronne, de la taille indiquée. Les couronnes ne peuvent pas être repensées alignées selon l'ordre de remplissage diagonal de haut en bas, car ça romperait la règle de remplissage électronique, toujours sous-jacente.

Le milieu est déterminé par la fin de la prise en compte, de même qu'à chaque noeud on appartient à un cycle différent.

Les cycles sont des paires de zig-zag, le premier forme un M sur le graphique, le deuxième un M plus gros d'une case, ainsi de suite.

Ce qui permet de faire alterner le remplissage de la première colonne de gauche à droite ou au-dessus de la précédente, est sans doute le fait de l'effet de la double face de remplissage. Le représenter graphiquement ne changerait à la représentation sauf en 3D.

mais la représentation générée par langage préprocesseur (PHP) sera plus intéressante car chaque rang de la boucle représente une nouvelle bulle, qui contient elle-même autant de couronne que le nombre de son rang, chaque couronne étant divisée en 4 cellules supplémentaires à chaque incrément.

Mais même remonter à ce niveau de la génération ne montre pas la raison ; le remplissage n'est que l'application du phénomène, alors il faut connaitre le phénomène pour déduire l'application.

projection
Le remplissage sur les orbites montre un autre aspect, les orbites se remplissent d'un électron part quart de tour, et les suivants se collent au précédent à chaque couche orbitale.

Le remplissage observé ne fait voir que les couches d'une façon confuse. Mais ça joute une nouvelle raison pour créer des paires entre les dimensions qui ont toujours les mêmes aspirations évolutives que la structure initiale.



(pour la représentation des valeurs après 20 j'ai fait pas déduction j'espère qu'il n'y a pas d'erreur)

On observe la proximité des nombres pair et impairs, et aussi l'existence de bulle de parité par 2, comme 17 et 23 ou la séquence 10, 18, 36 qui se représente dans la matrice par le même emplacement relatif.



version double spirale : les nombres pairs et impairs sont alignés symétriquement :



encore une fois apparaissent des alignement de valeurs par addition de 10 (par exemple 62,42,32)

si on essaie de retrouver cette règle ça romp avec celle du remplissage (pour que 126 soit aligné avec 106) :



le réel remplissage montre la limite angulaire comme grandissante avec les niveaux



Si on groupe par couples de 2 les unités, on voit que le niveau 2 (8=2+3*2) et le niveau 3 (18=8+5*2) sont la suite de fibonacci (1,1,2,3,5) et c'est précisément ce couplage combiné qui restitue les ouvertures d'angles autorisés par cycles; mais bon ça marche plus après.

qq jolis dessins :



Spi-Table of Electronic Elements